Infos | Tous les articles


Dans son discours traditionnel du jour de l'An le président tchèque Vaclav Klaus a fait tout d'abord un petit bilan de l'année écoulée. A son avis, ce n'était pas une année exceptionnelle, phénomène plutôt positif car il démontre la stabilité et une certaine maturité de notre démocratie. Le président a manifesté aussi l'espoir qu'après le rejet de la Constitution européenne en France et en Hollande on entamera finalement un dialogue sérieux sur l'avenir de l'Union européenne et qu'on commencera à accepter aussi la pluralité de vues sur cette problématique.

Tout en remerciant pour leur confiance les habitants tchèques qui s'adressent à lui avec leurs problèmes, le Président a exhorté ses concitoyens à une plus grande activité: "Personne ne devrait attendre passivement une aide de l'Etat et rejeter la faute pour ses éventuels échecs sur les circonstances, déclaré Vaclav Klaus. Même les hommes politiques ne devraient pas promettre ce qui n'est pas réalisable et chercher à convaincre les gens et à se convaincre eux-mêmes qu'ils sont capables de guérir tous les maux de la société humaine. La clé d'une vie vécue dans sa plénitude et de la satisfaction humaine est et sera toujours la responsabilité que l'homme assume vis-à-vis de sa propre vie, de la vie de ses proches et le respect de l'autre." Et le président d'exhorter ses concitoyens au nom de cette responsabilité de ne pas sous-estimer leur engagement politique et de l'exprimer en participant aux élections législatives qui auront lieu cette année.