Infos | Tous les articles


« Nous servons d’idiots utiles pour les Britanniques » : c’est en ces termes que Bohuslav Sobotka, leader du Parti social-démocrate, principale formation de l’opposition, a qualifié la position du gouvernement tchèque au sujet du Pacte bugétaire européen. Avec la Grande-Bretagne, la République tchèque est le seul des 27 pays membres de l’UE à ne pas s’être joint, lors du récent sommet à Bruxelles, au traité qui doit aider la zone euro à sortir de la crise de la dette. Lors d’un débat télévisé dimanche midi avec le Premier ministre, Petr Nečas, Bohuslav Sobotka, qui estime que l’opposition tchèque au traité fiscal n’a pas lieu d’être, a déclaré que la Grande-Bretagne suivait ses propres intérêts sans trop se préoccuper de la position tchèque. « Notre position n’est pas aussi forte que celle de la Grande-Bretagne », a-t-il expliqué, regrettant que le rôle de la République tchèque au sein de l’UE soit illisible pour les autres pays. Le Premier ministre a réagi en réfutant toute pression exercée par les politiques européens afin que Prague se joigne au Pacte budgétaire. « Ils nous comprennent tout à fait », a indiqué Petr Nečas, en rappelant que la République tchèque avait toujours la possibilité de se rallier plus tard à ce traité qui introduit l’idée d’une plus grande rigueur budgétaire commune. Pour cela, il faut toutefois que les trois partis de la coalition trouvent un terrain d’entente, ce qui n’est pas le cas actuellement.