Infos | Tous les articles


Le président de la République a opposé son veto, ce mercredi, à l’amendement à la loi qui doit permettre de modifier en profondeur le système d’aide sociale à l’enfance. Le but de cet amendement relatif à la protection sociale et juridique de l’enfant est de réduire le nombre d’enfants en difficulté grandissant dans divers centres d’accueil et d’augmenter le nombre de familles d’accueil. Václav Klaus a justifié sa décision sur son site Internet en expliquant que l’amendement avait été adopté par le Parlement sous la pression des institutions internationales, qui critiquent depuis plusieurs années la République tchèque en raison du nombre trop important d’enfants grandissant dans des centres d’accueil et de la recherche insuffisante de familles d’accueil. Le nombre de ces enfants est estimé à 11 000. Toujours selon le chef de l’Etat, ce texte de loi a également soulevé une crainte de la suppression des centres d’accueil. Le ministère du Travail et des Affaires sociales avait pourtant indiqué espérer pouvoir compter sur un nombre de 300 à 500 familles d’accueil dans un proche avenir grâce à l’application de cette nouvelle législation. Celle-ci prévoit, entre autres, de rémunérer les grands-parents élevant leurs petits-enfants selon leur situation sociale, le nombre d’enfants accueillis ou s’il s’agit d’enfants handicapés. Par ailleurs, les rémunérations augmentées des familles d’accueil ne seraient plus considérées comme des allocations sociales, mais comme des salaires.