Infos | Tous les articles


Le ministre de l’Environnement Tomáš Chalupa a reçu, ce vendredi, l’anti-prix dit « Ropák » remis à l’auteur de l’action la plus anti-écologique de l’année écoulée. Le ministre membre du Parti civique démocrate (ODS) a été « mis à l’honneur » notamment pour son projet de loi relatif au Parc national de la Šumava (cf. Faits et événements du jeudi 25 mai), sa passivité dans la délimitation des territoires protégés NATURA 2000 ou encore son soutien au projet de construction de deux nouveaux réacteurs à la centrale nucléaire de Temelín (Bohême du Sud). Plus généralement, les écologistes reprochent à Tomáš Chalupa son inaction dans ses fonctions. Le ministre a réagi en indiquant que ce prix était « la preuve que je fais bien mon travail sans succomber à la folie verte ». Enfin, la « Perle verte », qui « récompense » la déclaration la plus anti-écologique, a été attribuée à Ladislav Jakl, secrétaire de l’ancien président de la République tchèque Václav Klaus, qui avait affirmé qu’il convenait d’interdire immédiatement le cyclisme. « Ne croyez pas les cyclomaniaques qui affirment que le vélo est un progrès, synonyme de propreté et de santé. Sentez leurs maillots trempés de sueur et vous saurez qui infectent le bon air. Avec leurs mauvaises odeurs et leurs arguments stupides », a dit Ladislav Jakl. Ces prix sont remis depuis une vingtaine d’années par le mouvement Děti Země (Les Enfants de la Terre).