Infos | Tous les articles


Depuis un an et demi, la construction de l’autoroute D8 au nord-ouest de la République tchèque est bloquée par l’écroulement d’une colline se trouvant à sa proximité. En aval de sa réunion avec les représentants de la compagnie Eurovia CS, qu’il a initialement tenue secrète, le ministre des Transports Antonín Prachař a convaincu, ce lundi, ses homologues au Conseil des ministres d’adjuger les travaux de l’assainissement à cette entreprise. Le ministre a expliqué l’absence d’un appel d’offres public par la nécessité d’action immédiate pour remédier aux conséquences néfastes de l’état actuel sur la vie et la propriété des habitants de la région. Antonín Prachař a également argumenté par le fait que la compagnie Eurovia CS, un des quatre pôles d’activités du groupe français Vinci, a construit la partie endommagée de l’autoroute sans pour autant tenir compte du fait que cette même entreprise est impliquée dans un arbitrage contre l’Etat tchèque pour la construction défectueuse de l’autoroute D47.

La construction de la D8, la connexion routière stratégique avec l’Allemagne, est critiquée par les ONG environnementales dès sa conception. Elles ont condamné la trajectoire de la D8 qui traverse une zone naturelle protégée et ont mis en garde contre les possibles écroulements des collines qui longent la route. Eurovia CS réalisera sans appel d’offres la commande de la valeur de 72 millions de couronnes (2,6 millions d’euros).