Infos | Tous les articles


L’accord de cessez-le-feu trouvé ce jeudi à Minsk entre la Russie, l’Ukraine, l’Allemagne et la France pourrait constituer un tournant dans le conflit en Ukraine, selon le ministre tchèque des Affaires étrangères. Lubomír Zaorálek appelle toutefois à la prudence et à la patience. « Tout le monde sait qu’il faudra attendre de voir si la Russie modifie son comportement. Mais si, effectivement, Vladimir Poutine fait ce qu’il a dit, et que le processus est mis en œuvre, alors il y a une chance que le plan de paix aboutisse », a déclaré le chef de la diplomatie tchèque. Après dix-sept heures de négociations, les quatre chefs d’Etat russe, ukrainien, allemand et français, réunis depuis mercredi dans la capitale biélorusse, sont parvenus à un plan de paix sur l’Ukraine. Selon la courte déclaration faite par François Hollande, « le cessez-le-feu prendra effet le 15 février et le règlement global portera sur l’ensemble des questions jusqu’au contrôle des frontières, le retrait des armes lourdes, la décentralisation et la reprise des questions économiques ». Lubomír Zaorálek a répété qu’il était convaincu que le conflit ne pouvait être résolu que par voie diplomatique. Toujours selon le ministre tchèque, il est du devoir de la diplomatie européenne de déployer tous les efforts pour « mettre fin à un conflit qui, de par son étendue et sa gravité, est sans équivalent dans l’existence de l’Union européenne après la Deuxième Guerre mondiale. Plus de détails sur la réaction tchèque à l’annonce du cessez-le-feu dans les Faits et événements.