Infos | Tous les articles


Une centaine de représentants des syndicats des mineurs, essentiellement de la société Severní energetická, ont manifesté devant le siège du gouvernement à Prague ce lundi matin. Ils ont réclamé la suppression totale des limites d’extraction de lignite dans les mines se trouvant en Bohême du Nord. En juin dernier, le ministre de l’Industrie, Jan Mládek, avait déclaré qu’en raison des besoins des centrales thermiques, il était favorable à la suppression immédiate des limites à la mine de Bílina, propriété du groupe ČEZ. En revanche, il avait proposé de repousser de cinq ans la décision relative à la mine ČSA, qui appartient à Severní energetická. « C’est une option qui ne vous donne pas de garanties, mais au moins de l’espoir », a expliqué Jan Mládek ce lundi aux mineurs. Les syndicalistes estiment cependant qu’attendre jusqu’en 2020 entraînerait la suppression de plusieurs centaines d’emplois. Les limites d’extraction ont été fixées en 1991 par le gouvernement tchécoslovaque afin de sauvegarder une partie du paysage dans les régions où se trouvent des gisements de lignite. Cet arrêt protège également les communes menacées d’être rasées pour laisser place à des mines à ciel ouvert. Depuis quelque temps, le ministère de l’Industrie réfléchit toutefois à la possibilité de supprimer, complètement ou partiellement, certaines de ces limites. Si les populations des communes concernées et les organisations écologiques sont opposées à cette éventualité, les syndicats et les entreprises y sont, eux, favorables.