Infos | Tous les articles


Plus de la moitié des Tchèques (52%) se disent convaincus qu’il y a bien un changement climatique à l’échelle de la planète et que l’activité humaine contribue à la modification du climat. Toutefois, ils ne sont pas unanimes sur les moyens à mettre en œuvre pour y remédier. 29% des personnes interrogées affirment ne pas être d’accord avec l’idée d’un changement climatique, 19% étant sans avis. Tels sont quelques-uns des principaux enseignements qui ressortent d’une enquête menée auprès de plus de 2 000 personnes en mai et juin derniers par la chaire des études environnementales de l’Université Masaryk à Brno. Ses résultats ont été présentés ce mercredi. Il s’agit de l’une des premières enquêtes sur la perception des changements climatiques en République tchèque. Parmi ceux qui pensent que l’on assiste à un réchauffement climatique, nombreux sont ceux à penser que les conséquences de celui-ci, comme la disparation de certaines espèces ou l’augmentation du nombre de catastrophes naturelles, touchent essentiellement des populations vivant dans d’autres régions du monde. Certains pensent ainsi que la vague de migration actuelle et le déficit d’eau potable sont des conséquences de ce changement climatique. Enfin, une majorité de Tchèques estiment qu’ils ne peuvent pas faire grand-chose à une échelle individuelle pour améliorer la situation. Plus de 60% affirment que les sociétés industrielles et les autorités politiques, tant à l’échelle européenne que nationale, sont les premières responsables.