Infos | Tous les articles


Dans un entretien accordé au Financial Times, le président tchèque a proposé que les migrants économiques soient déportés dans des « zones vides » en Afrique du Nord ou sur des îles grecques inhabitées. Habitué des déclarations anti-migrants, Miloš Zeman s’est prononcé en faveur de la déportation de tous les migrants économiques. « Bien sûr que je suis au courant de l’atrocité de la guerre civile en Syrie, en Irak et ainsi de suite. Mais nous ne parlons pas là de ces gens, mais des migrants économiques », a-t-il expliqué dans cette interview pour le quotidien économique et financier britannique. « Je n’ai rien contre les réfugiés qui sont arrivés dans mon pays d’Ukraine, du Vietnam, de Russie, de Biélorussie ou de Serbie. Je suis seulement contre les migrants musulmans, car je pense que nos cultures sont tout à fait incompatibles. La position des réfugiés musulmans vis-à-vis des femmes est un exemple. Elle est absolument différente de la culture européenne ». Le chef de l’Etat tchèque a accordé cet entretien dans le cadre de sa visite sur l’île de Rhodes, où il a participé au « Dialogue des civilisations », un forum organisé par Vladimir Yakounine, un des hommes les plus puissants de Russie, proche de Vladimir Poutine. Au sujet de la Grèce, Miloš Zeman a expliqué que celle-ci pourrait installer des « hotspots » sur ses îles inhabitées, une manière selon lui de rembourser son importante dette vis-à-vis de l’Union européenne. Selon le Financial Times, le président tchèque va ainsi encore plus loin dans ses prises de position que le Premier ministre hongrois Viktor Orban.