Infos | Tous les articles


La visite à Taiwan de l’ancien président du Sénat Jaroslav Kubera, si elle s’était réalisée, aurait fait l’objet de sanctions de la part de la Chine. Dans une lettre remise au bureau du président de la République, l’ambassade de Chine à Prague a prévenu des conséquences négatives qu’aurait ce voyage pour le président de la Chambre haute du Parlement lui-même mais aussi pour les entreprises tchèques présentes sur le marché chinois. Selon une information publiée par le site d’actualité Aktualne.cz ce mercredi, le bureau du président de la République aurait donné suite à ces menaces via un communiqué officiel remis au président du Sénat à la mi-janvier lors du déjeuner du Nouvel an avec le président Miloš Zeman, dans lequel il l’appelait à ne pas se rendre à Taiwan.

Jaroslav Kubera avait fait part l’année dernière de son intention de se rendre à Taiwan, ce qui lui avait alors valu de vives critiques de la part de l’ambassade de Chine et du président Zeman, selon qui ce voyage n’était pas dans l’intérêt économique de la République tchèque. Le 14 janvier dernier, une semaine avant son décès, le président du Sénat avait toutefois précisé que sa mission n’avait pas de caractère antichinois et que son séjour n’aurait pas de conséquences dramatiques pour les relations entre Prague et Pékin, qui se réclame comme étant le seul gouvernement légitime de Taiwan.

Le gouvernement chinois a qualifié cette visite, qui n’a donc finalement pas eu lieu, comme une violation de la déclaration sur l’établissement d’un partenariat stratégique que le président Zeman a signée lors de la visite de son homologue Xi Jinping à Prague en 2016.