Leos Janacek

04-10-2007

Brebis galeuse du monde de la musique de son époque, Leos Janacek a dû bien souvent faire face à l'incompréhension et à l'injustice. Il suffit de penser à son opéra Jenufa, rejeté par le directeur de l'opéra du Théâtre national Karel Kovarovic. La première a eu finalement lieu en 1904 au Théâtre de Brno et l'opéra n'est arrivé à Prague que douze ans plus tard. Un autre opéra du grand compositeur le Destin n'a été présenté sur scène que trente ans après la mort du grand compositeur. Mais il n'est certainement pas nécessaire de présenter Leos Janacek, entre autre auteur de la Messe glagolitique, Katia Kabanova, l'Affaire Makropoulos ou la rapsodie Taras Bulba. La renommée du compositeur est vraiment mondiale.

L'oeuvre de Leos Janacek, maintes fois présentée par Vaclav Richter dans le cadre des émissions de Radio Prague en langue française, est fort bien connue. Cette émission sera consacrée aux amours de Leos Janacek, homme impulsif et passionné. Zdenka Schulzova vénérait et respectait son professeur de piano Leos Janacek, mais aussi le craignait. Pourtant, le grand compositeur est tombé très amoureux de cette jeune fille de seize ans. L'amour étant réciproque, rien n'empêcha le mariage de Zdenka et de Leos Janacek, de onze ans son aîné.

Mais le bonheur du couple ne sera que de courte durée. Les problèmes et différends ne se font pas attendre. Zdenka est allemande et parle très mal le tchèque, alors que Leos Janacek est un grand patriote. Les reproches ne cessent de pleuvoir sur la jeune femme qui n'en peut plus et repart chez ses parents avec leur fille Olga, à peine un an après le mariage. Lorsque le compositeur la rencontre dans la rue, il feint de l'ignorer. Divorce à l'horizon ? Non, Leos Janacek, personnalité à multiples facettes, change de tactique et recommence à courtiser la jeune femme. Pile ou face, c'est Leos Janacek qui est gagnant. Rien d'étonnant car il a tout les atouts. Zdenka adore son mari à un tel point qu'elle préfère souffrir que de le perdre à jamais. Elle revient vers son mari, mais les choses vont de mal en pis. Même la naissance de leur fils Vladimir deux ans après le mariage n'arrange rien.

Leos Janacek et son épouse ZdenkaLeos Janacek et son épouse Zdenka Zdenka et Leos ne sont pas sur la même longueur d'ondes. Zdenka ferme les yeux et résiste. Ce n'est pour la jeune femme que le début du calvaire. Son mari, qui a le caractère d'un cheval fougueux, la néglige. Leurs relations sont à froid. Il est vrai que Leos Janacek aime ses deux enfants, mais malheureusement Vladimir meurt à l'âge de deux ans. Olga, l'aînée, ne fait également pas longue vie sur cette terre. La jeune fille, intelligente et belle comme le jour, succombe à une fièvre typhoïde, âgée de vingt ans seulement. Sa mort anéantit Leos Janacek au plus haut point. Cet événement l'inspirera pour l'écriture de l'opéra Jenufa, reflet et témoignage d'une douleur véritable et profonde. Le décès d'Olga perturbe encore plus la vie du couple déjà loin d'être uni. Zdenka tolèrera les amours de son mari tout au long de sa vie. Le dernier amour du compositeur - Kamila Stösslova - sera pour Zdenka un vrai calvaire.

Leos Janacek rencontre Kamila, de trente-huit ans sa cadette, pour la première fois en juillet 1917 à Luhacovice, ville thermale de Slovaquie. La jeune femme est mariée à l'antiquaire David Stössl et mère de deux fils. Au début, il s'agit d'une simple amitié entre les deux couples. Zdenka trouve Kamila belle, absolument charmante et évidemment ne se doute de rien. Le compositeur est attiré par le physique exotique de Kamila. Fasciné par les cheveux noirs et les yeux sombres en amande de la jeune femme il en tombe éperdument amoureux. Leos Janacek lui écrit des lettres d'amour, au fil des ans il y en aura des centaines. Au début Kamila est plutôt distante et ne répond que rarement. Puis elle devient aussi très éprise.

Pourtant les sentiments de Leos Janacek et Kamila Stösslova ne sont pas exactement les mêmes. Pour le compositeur c'est vraiment une grande passion, un amour fou, pour lequel il est prêt à tout faire. Kamila est chaleureuse et l'aime bien, mais ne quittera certainement pas son mari pour lui. La question se pose si elle était attirée par la gloire, l'argent ou si elle avait une vraie affection pour le compositeur. Personne ne peut donner une réponse univoque. Par contre il est certain que Kamila a inspiré Leos Janacek pour plusieurs compositions importantes dont le Deuxième quatuor pour violon et est devenue une vraie muse pour les personnages principaux de trois opéras de Leos Janacek. Le sentiment fort et violent que le compositeur ressent envers Kamila se reflète probablement le plus dans Katia Kabanova. Pour cet opéra Leos Janacek s'est inspiré du drame La tempête d'Aleksandr Nikolaievitch Ostrovski, dont le personnage principal - Katia Kabanova est poussée au suicide par l'hypocrisie de la société. Il a écrit le livret et donné le nom de Katia Kabanova à son opéra.

En 1928, Leos Janacek fait construire un étage supplémentaire uniquement pour héberger Kamila lors de ses visites dans sa maison natale à Hukvaldy où il a passé, d'après ses propres dires, les meilleurs moments de sa vie. Mais malheureusement, c'est l'année du rendez-vous avec la mort pour l'excellent compositeur. La Faucheuse se présente 12 août 1928. C'est Kamila qui est auprès de lui à l'heure de sa mort et non sa femme Zdenka avec laquelle les dix dernières années de vie commune n'ont été que formelles. Kamila Stösslova meurt d'un cancer sept ans plus tard à l'âge de quarante-trois ans.

L'amour est magique. Fais-lui confiance, soumets-toi et il t'apportera la joie. L'amour t'enivrera, l'amour t'enveloppera, l'amour t'isolera.
L'amour remplit l'air d'une douce senteur, transforme la froideur en une insoutenable chaleur, embellit tout ce qui t'entoure...

Ces lignes ont été écrites par Leos Janacek quelques mois avant sa mort.

Certes, il ne faut avoir qu'un amour en ce monde, un amour, rien qu'un seul, tout fantasque soit-il...

(Emile Nelligan - poète canadien)

04-10-2007