Radůza, une fille à l’accordéon

23-12-2010

Radůza est décidément une des chanteuses les plus originales de la scène alternative tchèque. Elle est chanteuse, multi-instrumentaliste jouant de l’accordéon, du piano, de la guitare, de la flûte, de l’harmonica… Elle est auteur et compositeur, poétesse, dirait-on en écoutant attentivement ses textes. Quelqu’un de très abordable, chaleureux, une musicienne auréolée de prix, mais vivant en marge du star-système.

RadůzaRadůza Radůza est un pseudonyme poétique qui lui colle bien à la peau. Elle est née à Prague en 1973, dans une famille de musiciens du côté maternel. Radůza quitte assez vite le nid familial et chante ses premières chansons, teintées de blues, sur le pont Charles. C’est là qu’elle se fait remarquer, en 1993, par Zuzana Navarová, musicienne et chanteuse renommée. Trois jours après leur première rencontre, Zuzana Navarová présente Radůza au public de la prestigieuse salle de concert pragoise Lucerna. En 2001, Radůza termine ses études de composition musicale au Conservatoire de Prague. Deux ans plus tard, elle sort, sans aucune campagne médiatique, son premier album d’auteur intitulé « …při mně stůj » (Reste à mes côtés). Le CD est particulièrement bien accueilli par le public et la critique. La même année, Radůza reçoit trois prix de l’Académie de la musique pop, ceux de la Meilleure chanteuse, de la Découverte de l’année, ainsi qu’une récompense dans la catégorie Folk et Country. En 2005, la chanteuse passe quelques jours en France, elle y présente ses nouvelles chansons qu’elle enregistre, de retour à Prague, en studio. Son deuxième album s’intitule « V hoře » (Au cœur de la montagne) et c’est à nouveau un succès… A ce jour, Radůza a sorti huit albums, dont un destiné aux enfants. Son dernier CD, « Miluju vás » (Je vous aime), est sorti cette année, sous le propre label se la chanteuse.

Voir Radůza en concert, cela ne s’oublie pas. Elle chante, elle joue comme elle vit : à 100%, avec une verve propre aux chansonniers russes ou français. Ses chansons, ce sont ses confessions intimes, où elle parle de ses joies et de ses défaites, de ses craintes, de sa foi – des textes dans lesquels tout le monde ou presque peut se retrouver. Son langage est éblouissant : elle ressuscite des mots tombés dans l’oubli, s’inspire de la nature, des couleurs, des odeurs, des sensations. Son imagination semble être sans bornes. Son style, unique sur la scène musicale tchèque, puise dans le folklore, dans les chansons de rue. Elle a fait de l’accordéon son instrument fétiche et dit l’aimer parce qu’il a un son très fort, ce qui la pousse à « chanter encore plus fort ».

Avant son récent concert pragois, Radůza nous a parlé, en français, de ses débuts avec l’accordéon…

 « Ma copine Zuzana Navarová m’a dit un jour que je devais jouer de l’accordéon. Cet instrument lui plaisait, mais elle ne se sentait pas assez forte physiquement pour pouvoir s’y mettre. Au début, j’ai pensé qu’elle était folle… Mais après, j’ai vu un accordéon dans la vitrine d’un magasin, il m’a plu, je l’ai acheté et très vite j’en suis tombée amoureuse. J’ai commencé à jouer en juin et j’ai donné mon premier concert en septembre…Le jeu de l’accordéon, c’est comme un sport. Il demande beaucoup d’énergie. »

Vous avez mis au monde deux enfants, vous avez ensuite été gravement malade… Je suppose que ces événements ont marqué votre dernier album.

 « Oui, tout ce qui se passe dans ma vie se reflète dans mes chansons. Elles sont comme mon agenda, comme une sorte de journal intime. Je ne vis ni dans le passé, ni dans le futur. Ce qui est passé est passé, je ne peux pas le changer. Et le futur, peut-être qu’il n’y en a pas (rire) ! J’essaye de profiter de l’instant présent. Maintenant, mes enfants sont petits et ça me plaît beaucoup. »

Radůza, photo: Anne-Claire VeluireRadůza, photo: Anne-Claire Veluire Vous êtes très forte en concerts. Comment vivez-vous les enregistrements de vos disques en studio ?

 « Ce dernier album, nous l’avons enregistré avec les musiciens qui m’accompagnent, ‘en live’ il n’y a pas de playback. On a joué tous ensemble, en même temps. Nous avons fait deux répétitions, et la troisième fois nous avons enregistré. Il n’y a aucun montage. Ce n’est pas parfait, il y a des fautes, mais il y a aussi une atmosphère, de l’énergie. C’est important pour moi. »

Si vous voulez en savoir plus sur Radůza, je vous invite à visiter son site web www.raduza.cz. Vous y trouverez aussi les dates de ses concerts.

23-12-2010