Tereza Podařilová

06-03-2008

Première danseuse au Théâtre national de Prague, Tereza Podařilová, née en 1972, est une jeune femme gracieuse au port de reine. Lorsqu’elle se déplace on dirait qu’elle plane. Elle fait penser à une créature surnaturelle, à une sylphide. Au cours de sa carrière elle a dansé un grand nombre de rôles, toujours avec succès. Parmi ses multiples rôles les préférés, celui de Tatiana dans Oněgin, ballet exquis de John Cranko, ou celui d’Odette et Odylie dans le Lac des cygnes de Tchaïkovski.

Tereza Podařilová avec le Prix Thalie, photo: CTKTereza Podařilová avec le Prix Thalie, photo: CTK La grande danseuse, qui a obtenu à trois reprises le prestigieux Prix Thalie, décerné aux meilleurs artistes, attend un bébé au mois de mai. Elle ne s’entraîne donc qu’une heure par jour, car la santé de son enfant est actuellement ce qui lui importe le plus. Evidement, elle veut revenir sur scène le plus tôt possible car il est toujours plus difficile de recommencer à danser après un laps de temps trop long.

Un projet audiovisuel en coopération avec Jan Kunovský, photo: CTKUn projet audiovisuel en coopération avec Jan Kunovský, photo: CTK Tereza Podařilová se consacre entre autre à des projets audiovisuels en coopération avec le peintre Jan Kunovský. Le peintre, présent à toutes les répétitions d’avant premières et de spectacles, est assis dans un coin de la salle et peint Tereza en train de danser. D’après le tableau peint, on constitue un grand vitrail composé de morceaux, un peu plus grand que la danseuse. L’expression de l’image et l’énergie que dégage le tableau dépend de la couleur de l’éclairage. La silhouette de Tereza, placée au milieu du tableau, fait bouger l’image à travers le vitrail. Les spectacles ont lieu dans des églises, des cathédrales, des galeries, dont l’un des derniers sur les balcons du Théâtre national où sept muses ont été animées. D’ailleurs, il y avait très peu d’espace pour danser.

Et comment la petite Tereza toute frêle est-elle devenue une danseuse étoile classique au Théâtre national de Prague?

« Lorsque j’étais toute petite ma mère, qui aimait beaucoup la musique, et ma grand-mère nous chantaient, à ma sœur, mon frère et à moi des chansons. On a eu tous les trois une très belle enfance. Je me souviens que petites filles, ma sœur et moi, on enfilait de longues jupes, on se parait de voiles, on s’enfermait dans la chambre et on dansait. Peut-être qu’il y avait déjà un désir de danser. Mais la vraie impulsion est venue lorsque j’ai trouvé une photo de ma mère qui n’était pas vraiment une danseuse, mais suivait des cours de danse pendant un mois et une photo d’elle en tutu et en pointes avait été prise pendant le cours.Je trouvais cela très beau. Et comme par hasard une fille qui était avec moi en première élémentaire, m’a incitée à suivre des cours dans une école de danse. Par la suite j’ai passé une audition au Théâtre national pour les cours préparatoire pour danseurs professionnels. Je prenais des cours chez un professeur renommé, Madame Šprislová. Pour la première fois je suis entrée en scène dans le rôle du petit hérisson dans l’opéra le Petit renard rusé de Leoš Janáček. Je ne dansais pas vraiment. J’étais juste là, debout, je regardais comment les grands artistes et chanteurs chantaient et j’accompagnais la belle musique par de fins mouvements. »

Au début la petite fille rêveuse ne savait pas vraiment ce qui l’attendait et n’y pensait pas. Elle comprend vite que la danse est une rude besogne au conservatoire.

« La corvée fait partie de cet art. Au début je ne me rendais pas compte ce que cela représenterait car il est vrai que les enfants ont énormément d’énergie et ils ont besoin de la décharger quelque part. Je ne dansais pas uniquement sur la scène du Théâtre national, mais je trouvais encore le temps de sauter à la corde avec mes amies et de participer au plaisir des jeux d’enfance. Je vivais entre deux mondes. Finalement je suis passée en définitive dans le monde du théâtre. J’ai commencé à étudier au Conservatoire de Prague : et je peux dire que c’est une école très difficile pour les enfants car les cours commencent à huit heures du matin et se terminent à huit heures du soir. Là j’ai compris pour la première fois que la danse n’était pas un rêve, une princesse tournoyante dans un magnifique costume, mais un travail très dur. Par contre la récompense, la joie du résultat prenait chez moi toujours le dessus et je suis consciente que la corvée en fait partie et c’est ce qui me comble. »

Après avoir terminé les études au conservatoire en 1990, Tereza Podařilová est admise au ballet du Théâtre national, deux ans plus tard elle devient soliste et depuis 2003 elle est première danseuse. Tereza Podařilová parle avec plaisir de son premier rôle, celui de Quitra dans Don Quichotte, qui lui tient à cœur et qu’elle est contente d’avoir pu danser en tout premier. Elle estime que ce rôle de tempérament est, un vrai examen de technique de danse. D plus la danseuse danse vraiment tout le long du spectacle, depuis le début jusqu’à la fin et ne vient dans les coulisses que pour se changer. Il est donc important de répartir ses forces jusqu’à la fin. Photo: Petr ZuskaPhoto: Petr Zuska

Elle est comme le Dieu de la danse Vaclav Fomitch Nijinski qui devenait le personnage qu’il dansait.

« Il est certain que lorsque je commence à étudier un rôle et à le connaître, je vis à travers. Je me concentre pendant la préparation, avant la première et même quand le spectacle est en cours. Il y a effectivement une métamorphose. J’aime vivre le rôle, être vraiment dedans et je n’aime pas être dérangée. Je ne peux pas mettre la lessive dans une machine à laver avant le spectacle et me stresser sur le fait si la lessive va déteindre ou si la machine va tomber en panne. Les jours de spectacle sont pour moi une fête. Je suis quelqu’un d’autre et j’en profite pleinement. »

Le repos est sacré pour l’exquise danseuse. Elle aime prendre trois à quatre semaines pour aller en Grèce pour se réchauffer les muscles et nager. Et la fragile jeune femme aime bien les plaisirs de la table.

« Il faut dire que j’adore manger, comme toutes les danseuses d’ailleurs. Tout le monde croie que les danseuses ne mangent pas. Mais si vous venez à une réception ou chez une danseuse après le spectacle, ça dévore comme tout le monde. Pendant la journée et avant le spectacle on ne peut pas manger car il est impossible de danser le ventre plein, donc je mange quand j’arrive chez moi ou je termine la soirée par un excellent dîner, ce que je préfère. Je mange du sucré, du chocolat, des bananes, tout ce qui est nourrissant. Evidement l’alimentation est adaptée, donc la journée je mange des salades de fruits et de légumes, des pâtes… Et le vrai repas vient après le spectacle. »

Tereza Podařilová, première danseuse du Théâtre national de Prague admire les chorégraphies de Roland Petit et Sylvie Guillem, une des plus grandes étoiles de la danse classique.

06-03-2008