Ce que nos auditeurs nous ont écrit

23-05-2018

Bienvenue pour ce nouveau rendez-vous du courrier des auditeurs avec des extraits des lettres et des courriels que vous avez adressés à l’équipe de la rédaction française de Radio Prague.

Photo: DPPPhoto: DPP M. Jean-Michel Aubier nous informe qu’il a reçu notre envoi et nous remercie pour les deux belles QSL qui complètent la série 2017. Et comme d’habitude, il n’oublie pas de commenter certains événements de l’actualité qui ont été traités dans nos émissions :

« Je suis assez réservé sur la réduction du temps de travail demandée par les syndicats, pour passer de 40 heures à 37 heures et demi. Dans un pays où le chômage n'est que de 3,2 %, cela ne me semble pas nécessairement vital. En France, l'idée était de réduire le chômage très important, ce qui n'a pas vraiment été le cas et a généré nombre de dysfonctionnements. Mais si une réflexion sérieuse est menée, cela pourrait peut-être être viable d'ici quelques années. »

Notre auditeur français a écouté avec intérêt les sujets consacrés à la réélection de Vladimir Poutine. Une occasion pour lui de constater que « la propagande pro-russe de Sputnik, pour ne citer que ce média, est très agressive » et d’ajouter :

« Malheureusement, en France et ailleurs, pas mal de gens ne voient pas l'entreprise de désinformation que représentent les médias du Kremlin dans une société où la liberté de presse n'est qu'un mot. Je n'ai malheureusement pas vu le documentaire de Tomáš Kudrna passé sur Arte et je ne l'ai pas trouvé en replay. Mais je suppose que je n'aurais pas été étonné par ce que j'aurais vu. J'ignorais en revanche que la République tchèque était une base importante d'activités de sabotage de la part de Moscou, comme l'a rapporté un responsable des chrétiens-démocrates. Bien entendu, Miloš Zeman s'est rué sur son téléphone pour féliciter le maître du Kremlin... »

Et voici encore une autre citation de la longue et intéressante lettre de M. Jean-Michel Aubier:

Photo illustrative: Mediamodifier / Pixabay, CC0Photo illustrative: Mediamodifier / Pixabay, CC0 « J’ose croire que les débats actuels sur la sortie de la République tchèque de l’Union européenne ne sont que de pures spéculations. On voit les difficultés auxquelles sont confrontées les Anglais. Mais ce serait pire pour les Tchèques, surtout si 28 % des entreprises envisageaient de quitter le pays. Le commerce extérieur serait alors fortement impacté, commerce qui se fait en grande majorité avec l’Union. Mais en cas de référendum, je pense que les Tchèques refuseront la sortie vers l’inconnu. »

Ajoutons que chez nous, les débats portant sur une éventuelle sortie de la Tchéquie de l’Union européenne ne sont pas si fréquents et ils ne sont pas menés de façon réellement sérieuse. Sur la scène politique, ce sont surtout des voix extrêmes et isolées qui mettent l’ancrage européen du pays en doute. Aussi, ces voix qui se prononcent pour un référendum semblent pour l’instant minoritaires. D’un autre côté, force est hélas de constater que le climat à l’égard de l’Union européenne au sein de la société tchèque est loin d’être favorable. Un sujet qui est d’ailleurs assez souvent évoqué dans nos programmes.

En conclusion, l’auditeur de la lettre dont nous venons de citer une grande partie nous fait savoir qu’il a écouté, par curiosité, les nouvelles versions envisagées pour l’hymne national, « Où est ma patrie ? », et il n’est pas convaincu… A nous de vous rappeler que vous pouvez écouter, vous aussi, ces nouvelles versions sur le site www.hymna2018.cz. Comme vous le savez, celles-ci ont provoqué en Tchéquie de nombreuses réactions négatives et une grande polémique, également chez les professionnels de la musique. Vos réactions ou commentaires éventuels seront bien entendu les bienvenus.

Mme Dominique Charbonnel nous a fait une jolie surprise en nous envoyant des photos d’un objet rare, une statue de Jésus de Prague et en y ajoutant ces quelques mots :

« Depuis 1996 je possède cette magnifique statue d’environ 70 cm, elle possède un certificat de 1895, elle a une histoire spéciale pour moi, je n’avais jamais réussi à connaître son histoire et aujourd’hui je viens de la lire sur votre site et j’aimerais bien comprendre pourquoi depuis tout ce temps je ne lui ai apporté que l’intérêt de notre histoire et que dans un moment de détresse intense je me suis intéressée à elle. Je vous envoie les photos de cette merveille. »

Originaire d’Espagne, la statuette de l’Enfant Jésus de Prague se trouve depuis 1628 dans l’église pragoise de Notre-Dame-de-la Victoire, située dans le quartier de Malá Strana. Il convient de rappeler qu’une réplique de la sainte statuette a été offerte en 2013, à l’occasion d’une cérémonie solennelle, à l’église Saint-François-Xavier à Paris. Un acte qui a permis de découvrir ou de faire mieux connaître aussi en France l’histoire de l’Enfant Jésus de Prague.

Fidèle à ses coutumes, notre auditeur et correspondant du Japon, M. Osamu Aikawa, nous a envoyé plusieurs rapports d’écoute détaillés. Ainsi, nous avons appris que ce sont des sujets d’ordre économique qui l’ont intéressé le plus. Très satisfait des QSL qu’il reçoit, il se réjouit de pouvoir compléter au cours des mois qui viennent la collection 2018. Et comme d’habitude, notre auditeur japonais y a ajouté une petite remarque météorologique :

« L’hiver sévère s’en est allé. C’est avec impatience que j’ai attendu la venue du printemps et espéré voir la fleur de cerisier éclater. J’aime tellement le printemps qui me permet de me découvrir et de reprendre un nouveau souffle. Et qu’en est-il actuellement chez vous ? »

Photo: Václav Šálek / ČTKPhoto: Václav Šálek / ČTK Et bien chez nous, on se croirait, à cause des températures élevées qui perdurent depuis déjà le début du mois de mai, en pleine période estivale. Le grand problème de ce printemps précoce, c’est la sécheresse qui touche l’ensemble du pays et qui tourmente les agriculteurs.

M. Gilles Gautier nous a envoyé, lui aussi, des rapports d’écoute détaillés. Une façon de nous faire savoir qu’il suivait notamment des sujets politiques via notre rubrique des Faits et événements en République tchèque et les revues de presse de la semaine. En outre, ce sont le tourisme et le sport qui semblent être ses deux autres domaines de sa prédilection.

Je remercie tous nos amis auditeurs qui nous ont écrit pour nous envoyer des rapports d’écoute, tantôt simples tantôt détaillés, ou pour faire partager avec nous leurs remarques et observations. Le courrier que nous avons reçu dernièrement ayant été quand même plus modeste que d’habitude, je vous invite à ne pas hésiter à nous écrire prochainement un peu plus nombreux. Inutile de souligner que nous aimons lire vos messages qui sont tellement encourageants pour notre travail.

 

Et voici encore notre traditionnelle question du mois qui est cette fois-ci la suivante :

Il y a 95 ans de cela, la Radio tchécoslovaque diffusait ses premières émissions. Depuis quel endroit ces émissions étaient-elles alors émises et combien de temps a duré la première retransmission ?

Vous savez déjà que parmi les bonnes réponses, six vainqueurs seront tirés au sort et recevront un prix. Envoyez vos réponses avant la fin du mois à l’adresse suivante : cr@radio.cz.

23-05-2018