Nouvelle rencontre avec nos auditeurs

24-05-2017

Nos émissions quotidiennes mais aussi les émissions spéciales diffusées à l’occasion des fêtes des 1er et 8 mai qui ont trouvé écho dans les lettres de nos auditeurs.

M. Maurice Mercier nous dit avoir apprécié les deux sujets historiques évoqués dans l’émission du 8 mai :

« D’abord, c’était le récit de la bataille de Slivice, le dernier combat qui s’est déroulé dans le sud de la Bohême non loin du bourg de Milín et qui a opposé, du 11 au 12 mai 1945, des combattants tchécoslovaques et l’Armée rouge à une division de l’armée allemande, tentant de se rendre aux Américains. Le deuxième sujet, c’était l’histoire du cinéma Lucerna de Prague. »

Se référant à certaines citations utilisées dans cette émission, M. Mercier nous rappelle dans sa lettre également :

Le palais de Lucerna, photo: Kristýna MakováLe palais de Lucerna, photo: Kristýna Maková « Raconter l’histoire du cinéma Lucerna, c’est raconter l’histoire de la Tchéquie. Ainsi, le spectateur qui se rend au cinéma en plein coeur de Prague fait sans doute plus que d’aller simplement voir un film, car il profite d’une salle éclatante qui s’inscrit dans une histoire centenaire qui est celle de tous les Tchèques. »

Ajoutons qu’outre son histoire hors du commun et ses qualités architecturales et esthétiques, Lucerna est aujourd’hui un des rares cinémas à Prague qui mise sur une programmation réfléchie répondant aux attentes des spectateurs exigeants. Du coup, comme l’a exprimé le réalisateur français Joël Farges dans cette même émission, « le cinéma Lucerna a encore de très beaux jours devant lui ».

Pour sa part, Gilles Gautier a réagi à certaines émissions quotidiennes dans lesquelles nous vous informions de l’évolution de la crise gouvernementale qui a secoué, le temps de quelques semaines, la scène politique tchèque. Gilles, président du Radio Club du Perche qui organisera sa traditionnelle rencontre des amis de la radio le premier week-end de juin, a également apprécié un entretien avec l’écrivain belge Laurent Demoulin dans le cadre d’une conférence qu’il a donnée à l’Université Charles de Prague. Cette interview a été diffusée le 2 mai dans la rubrique Panorama. Au micro de Radio Prague, Laurent Demoulin a évoqué son premier roman intitulé « Robinson » sur le thème de l’autisme, ce qui a permis à notre auditeur, M. Gautier, d’observer :

Laurent Demoulin, photo: YouTubeLaurent Demoulin, photo: YouTube « J'ai bien aimé ce que dit Laurent Demoulin : s'occuper de quelqu'un est une grande preuve d'amour ! Existe-t-il des aides sociales en République tchèque pour faciliter le maintien à domicile des personnes âgées? »

En Tchéquie, des services et des aides sociales de ce type existent, certes, mais ils restent largement insuffisants. Evidemment, la situation varie selon les localités et les régions, ces services étant plus accessibles dans les grandes villes que dans les communes éloignées. Autre problème, et pas le moindre : les assistants qui s’occupent des personnes âgées sont mal payées. La valorisation de leurs salaires figure d’ailleurs parmi les priorités d’ordre social du gouvernement.

Dans un autre de ses messages, Gilles Gautier nous signalait avoir suivi avec intérêt notre information sur le concours littéraire Magnesia Littera, tout en ajoutant:

« Comme vous parlez de concours, je tiens à rappeler qu’il en existe de nombreux en France : Goncourt, Renaudot, roman de l’Académie française, puis le Fémina des lycéens, radio comme RTL, et j’en passe... Savez-vous si le livre de Bianca Bellová est traduit en français ? »

'Jezero' (Le Lac), photo: Host'Jezero' (Le Lac), photo: Host A notre connaissance, le roman Jezero (Le Lac) de Bianca Bellová, qui a été élu Livre de l’année 2016 dans le cadre du concours Magnesia litera et a obtenu le prix de littérature de l’Union européenne, n’a pas encore été traduit en français. En ce qui concerne les concours littéraires, il y en a beaucoup également en Tchéquie, parmi lesquels notamment ceux qui portent les noms d’écrivains comme Franz Kafka, Josef Škvorecký, Karel Čapek ou du poète Jaroslav Seifert. Mais c’est bien le Magnesia litera qui peut se targuer du plus grand retentissement et d’un prestige particulier. Très suivie est aussi l’enquête lancée chaque fin d’année par le quotidien Lidové noviny parmi les différents professionnels, critiques, journalistes, traducteurs et autres universitaires, auxquels est alors demandé de sélectionner les dix événements littéraires les plus marquants de l’année écoulée, sur la scène nationale comme internationale.

Nous avons eu le plaisir de recevoir également un message d’un auditeur espagnol, Carlos Gil, dans lequel nous avons pu lire :

« Salut mes amis de Radio Prague, je vous écris pour vous remercier de votre réponse à ma lettre précédente. Veuillez excuser mon français approximatif. J'ai apprécié l'interview avec un historien français sur l’affaire Hilsner. C’était vraiment intéressant de connaître le contexte historique. Merci beaucoup ! »

Sachez, cher ami, que nous sommes heureux de pouvoir vous servir de point de repère dans votre apprentissage du français.

M. Guy le Louet nous fait lui partager dans son dernier courriel sa joie de la présence d’un représentant de Radio Prague à la prochaine rencontre organisée par le Radio club du Perche, une présence que nous avons déjà confirmée dans notre dernière émission. Guy nous pose une question également sur la démission du gouvernement tchèque. « Cette démission, était-ce une surprise ? »

Eh bien oui, l’annonce de la démission du gouvernement faite par le Premier ministre Bohuslav Sobotka, il y a près de trois semaines, a constitué une surprise. Mais, comme vous le savez probablement et comme nous en avons fait part dans nos émissions, le gouvernement n’a finalement pas démissionné, seul un remaniement ministériel ayant été effectué. La situation est désormais apaisée suite au départ du ministre des Finances Andrej Babiš. Le tout à la veille d’une campagne électorale qui s’annonce plus houleuse que jamais.

 

Merci vous tous, chers amis auditeurs, que nous avons eu le grand plaisir de citer dans ce programme. En attendant vos nouveaux messages, vos nouvelles observations et remarques, nous vous invitons à participer à notre concours en vous présentant la traditionnelle question du mois qui est cette fois la suivante :

Quelle souveraine, née il y a trois cents ans, a rendu l'école obligatoire en Bohême ?

Parmi les bonnes réponses, six vainqueurs seront tirés au sort et recevront un prix. Envoyez vos réponses avant la fin du mois à l’adresse suivante : cr@radio.cz

24-05-2017