Quelques moments en compagnie des lettres des auditeurs

20-08-2005

Nous nous retrouvons en compagnie de vos lettres, rapports d'écoute et divers messages. Toujours des moments intéressants à passer au micro en lisant le courrier assez important cette semaine, même si nous sommes encore dans la saison des vacances. Voyons donc, un peu, ce que nous écrivent nos amis de la radio ou de l'internet.

Charles IVCharles IV Une fois n'est pas coutume, comme on dit... Nous commencerons notre courrier de cette semaine par une lettre qui nous est parvenue de Gambie. Ce n'est vraiment pas souvent que nous recevons du courrier de ce lointain pays d'Afrique. Une longue lettre nous a donc été envoyée par Ibrahim Sidibé, de Brikama. Il nous dit être un auditeur enthousiaste de nos émissions qui le passionnent pour les informations fournies sur la Tchéquie. Il nous pose quelques questions d'ordre un peu général. Nous espérons qu'il écoute cette rubrique sur nos ondes ou qu'il se connectera à notre site internet. Voici donc, très brièvement, les réponses aux questions d'Ibrahim Sidibé de Gambie. Pour les personnalités tchèques de l'histoire, nous pouvons nous référer à une récente enquête télévisée sur le plus grand Tchèque de l'histoire. C'est le roi de Bohême et empereur germanique Charles IV, qui vivait au XIVe siècle, qui a été choisi. La Tchéquie n'a pas de gouverneur, mais le premier président de la République tchécoslovaque, dont la Tchéquie faisait partie de 1918 à 1993, a été Tomas Garrigue Masaryk. Le premier président de la République tchèque, indépendante à partir du 1er janvier 1993, a été Vaclav Havel. Quelle est la place de la Tchéquie en Europe ? Disons que la République tchèque fait partie de l'Union européenne depuis le 1er mai 2004. Elle compte parmi les petits pays, comme la Belgique ou les Pays-Bas, par exemple. Radio Prague est née en 1936 et fêtera donc son 70e anniversaire l'année prochaine. La lanque nationale de la République tchèque est une langue slave comme le slovaque, le russe ou le polonais et se nomme le tchèque. En ce qui concerne les contacts entre la République tchèque et l'Afrique, ils existent depuis très longtemps et pour votre information sachez que Radio Prague a diffusé, pendant longtemps, des émissions spécialement conçues pour les auditeurs africains. Ce n'est plus le cas actuellement. Un peu de musique tchèque pour notre auditeur africain avant qu'il ne recoive la documentation demandée.

Un auditeur assidu, Jean Barbat, toujours au rendez-vous hebdomadaire du courrier. Merci pour le rapport d'écoute, cher ami, et voyons la réponse à votre question. Vous nous demandez quelle est la situation en ce qui concerne la centrale nucléaire tchèque à la frontière autrichienne. Disons tout de suite que la centrale nucléaire de Temelin, c'est son nom, ne se trouve pas tout à fait à la frontière avec l'Autriche, mais n'en est pas très éloignée quand même. Après quelques problèmes au début de sa mise en service, elle fonctionne normalement, c'est-à-dire que tous ses blocs produisent de l'énergie électrique pour le réseau national tchèque. La Tchéquie est même devenue, grâce à la centrale de Temelin, un exportateur d'électricité. Les Autrichiens protestent encore de temps à autre, mais plus aussi amplement qu'au début de la mise en service de la centrale. La question est, disons, plutôt politisée en Autriche. Merci à David Bourdon qui nous écrit qu'il a repris un peu le stylo pour nous envoyer un rapport d'écoute. Il témoigne que la réception est toujours très bonne dans sa région. Nous lui enverrons, naturellement, la confirmation bien méritée pour ce rapport. Toujours au rendez-vous, aussi, Roger Roussel du Goulet, au Canada. Il recevra bien vite, lui aussi, la carte QSL confirmant son rapport d'écoute. A l'intention de notre auditeur congolais résidant à Bruxelles : pour recevoir les cartes postales de Radio Prague, donc les cartes QSL, il vous faut, cher ami, nous envoyer des rapports d'écoute. Pour vous encourager, nous vous envoyons quelques cartes postales de Tchéquie. Merci pour les fleurs envoyées par Jacques Parmentier de Saint-Etienne, en France. Des fleurs au balcon de sa maison, du moins nous le pensons, qui accompagnent un sympathique rapport d'écoute. Nous avons bien reçu les salutations de la famille Barrande, du pays de Joachym, comme nous l'écrit Bruno Barrande, un descendant d'un savant français qui avait fait d'importantes découvertes à Prague et dont un quartier porte, aujourd'hui, le nom. Un grand merci, aussi, à André Balboa qui nous relate les festivités d'été dans sa belle ville de Narbonne. Nous ne pouvons que lui envier le beau temps dont il parle, alors qu'en Tchéquie nous avons un été plutôt froid et pluvieux.

Notre auditeur Marthoud, de Villeurbanne en France, nous écrit : Question Europe, OTAN... Comment allez-vous faire avec des hélicoptères de combat russes, donc avec des munitions russes, service après-vente russe ? D'après les informations du ministère de la Défense nationale, la partie russe s'est engagée à assurer le service après-vente de ces hélicoptères. Pour votre information encore, l'Armée tchèque ne possède plus de Mig russes pour la défense de son espace aérien. Cette défense est maintenant assurée par des appareils plus modernes, des Gripen. Merci à Marcel Lecerf pour un grand nombre de rapports d'écoute. Nous lui enverrons, naturellement, les QSL correspondantes. Jean Spaeth, de Varennes sur Loire, en France, nous a envoyé quelques rapports de réception aussi, accompagnés d'une carte postale représentant des joueurs de la boule de fort. Très intéressant, car c'est un jeu inconnu en Tchéquie, alors que la pétanque compte, par contre, beaucoup d'amateurs tchèques. Je doute, d'ailleurs, que beaucoup de Français sachent ce qu'est la boule de fort ! Philippe Marsan, de Lanton, en France nous écrit : « Toujours passionnant ce 73 que j'attends avec impatience un mardi sur deux. Allez-vous réserver quelques instants pour évoquer la situation de vos collègues slovaques ? » Merci de ces paroles, cher ami, qui nous encouragent beaucoup dans la réalisation de nos émissions. Malheureusement, nous ne savons quoi évoquer en ce qui concerne la disparition des émissions internationales de Radio Slovaquie. D'après les informations, cette institution est confrontée à une insuffisance de moyens financiers. Dommage car c'est un pays de plus qui ne diffusera plus en français. Espérons qu'il n'y en aura pas plus dans la même situation à l'avenir. Sur ce, nous refermons notre boîte aux lettres de cette semaine en vous souhaitant une bonne fin de vacances.

20-08-2005