Vos courriers...

20-02-2010

Parmi vos courriers, un mail de Christian Ghibaudo qui se félicite, comme beaucoup d’entre vous, de la poursuite de nos émissions sur les ondes :

« C'est avec plaisir que j'ai appris que Radio Prague continuait sur les ondes courtes, certes je vous écoute plus volontiers sur Internet. Mais c'est encore important et utile d'avoir une "fenêtre" sur les ondes courtes. Souvent, un auditeur découvre Prague sur les ondes courtes, et plus tard, si cela l'intéresse et qu'il possède une liaison Internet, il migre vers ce nouveau moyen de communication. De plus, il n'y a pas de dégradation dans l'écoute via les ondes courtes. Si la réception est difficile, c'est souvent un problème de mauvaise propagation et qu'il y ait une ou deux fréquences, cela ne change pas grand chose... L'hiver est très offensif cette année, en montagne de la neige et du froid pratiquement tous les jours, et le bord de mer a été aux prises avec une tempête de neige, ce jeudi. Nice, Cannes et Monaco, complètement recouvertes d'un blanc manteau... Dans quelques jours, après le Mardi Gras, débutera la période de Carême, comme le veut la tradition catholique. La Tchéquie reste encore un pays majoritairement catholique, même si la pratique religieuse est en baisse comme en France. Donc ma question, le Carême est il respecté par les familles tchèques d'aujourd'hui ? »

Merci de votre mail. Laissez-moi vous dire tout d’abord qu’ici aussi, comme vous devez vous en doutez, l’hiver a été rude, et malgré un léger redoux (redoux signifiant ici, aux alentours de 0 degré !) en cette fin de semaine, les beaux jours se font attendre. Mais bon, il est vrai que ce type de météo est bien moins exceptionnel ici que dans le Sud de la France ! Pour répondre à votre question sur le Carême : eh bien non, en République tchèque, le jeûne du Carême n’est plus respecté. Vous faites bien de le signaler, la République tchèque est en effet un des pays les plus athées d’Europe, voire le plus athée. Par contre, la tradition du carnaval, « masopust » en tchèque, en tant que fête des rues, fête où l’on se déguise et où l’on s’amuse, connaît un regain d’intérêt ces dernières années. Pour preuve, le succès depuis plusieurs années du carnaval de Žižkov, un quartier autrefois très populaire de Prague mais qui garde encore par endroits le charme de ces racines simples. Et depuis quelques années, un carnaval plus élégant, le Bohemian Carnevale, tente de renouer avec la tradition des bals masqués du XVIIe siècle. En outre, les villages organisent également leurs propres carnavals, comme celui de samedi dernier à côté de Prague, dans les communes d’Unetice et de Roztoky.

Jean-Marc Terrasse, un « fidèle auditeur » de Radio Prague nous signale amicalement qu’une « Tchèque a été nominée aux Césars français. Il s'agit de la monteuse Andrea Sedlačková pour le film Welcome. » En effet, Andrea Sedláčková qui a fait ses études à la FAMU à Prague et à la Fémis à Paris est une réalisatrice et monteuse de talent. Notre collègue Magda Hrozinkova l’avait d’ailleurs interviewée en 2007 après la fin du tournage de son troisième film, Un amour vrai. Andrea Sedláčková partage sa vie depuis 1989 entre Paris et Prague et cette cinéaste de talent a en effet monté le film de Philippe Lioret, Welcome. Vous vous souvenez sans doute de l’entretien qu’il nous a accordé à propos de son film en juillet dernier, lors du festival de Karlovy Vary. A noter encore pour finir qu’un nouveau film d’Andrea Sedláčková va sortir sur les écrans de la télévision tchèque en mars : intitulé Rytmus v patách (Le rythme dans les pieds), il met en scène Danny Smiřický, le héros principal des romans du grand Josef Škvorecký et les déboires d’un groupe de jazz dans les années 1950 en Tchécoslovaquie. Vous pouvez évidemment trouver plus de renseignements sur Andrea Sedlačková et sur le film Welcome sur notre site internet, où toutes nos émissions sont retranscrites et archivées. On souhaite en tout cas bonne chance au film Welcome pour les Césars 2010 qui se dérouleront samedi prochain à Paris !

Photo: CTKPhoto: CTK Merci à vous tous qui nous témoignez encore et toujours vos messages d’affection et vous réjouissez de la poursuite de Radio Prague sur ondes courtes. Gilles Gautier du Radio Club du Perche nous a envoyé des rapports d’écoute et nous confie qu’il suit les Jeux Olympiques de Vancouver. André Biot de Romerée en Belgique suit aussi les JO, avec quelques « nuits blanches » au programme ! Pour tous les renseignements sur les résultats tchèques, rendez-vous sur nos ondes et sur le web, tous les jours, dans notre bulletin d’informations, dans les Faits et Evénements et le lundi dans la rubrique sportive. C’est Guillaume Narguet qui a le plaisir de suivre pour vous cette olympiade, et il a bien du mérite, parce qu’il faut parfois se lever tôt à cause du décalage horaire !

Jean-François Meile d’Ars-sur-Moselle nous a envoyé ses rapports d’écoute, et nous pose la question suivante : « Y a-t-il des peintres tchèques contemporains connus qui exposent dans les grands musées du monde ? »

Zdeněk Sýkora, ExtrêmesZdeněk Sýkora, Extrêmes Tout d’abord, tout dépend de ce que vous entendez par « contemporains »... Parmi les grands noms d’artistes contemporains, mais déjà plus âgés, et connus pour sûr, mentionnons Alena Kučerová (1935), Stanislav Kolíbal (1925), l’actuel directeur de la Galerie Nationale Milan Knížák (1940) qui sont exposés au MoMA à New York. Mais ce grand musée possède également une œuvre du plus jeune Ján Mančuška (1972). Le peinte français d’origine tchèque, installé en France depuis les années 1950, Franta possède de nombreuses œuvres à travers le monde : au Guggenheim à New York, au Musée d’art contemporain de Tokyo, au Centre Pompidou à Paris, tout comme Zdeněk Sýkora (1920) dont les œuvres font également partie des collections de nombreux musées en Allemagne et en Autriche. Pour les très jeunes artistes ou plus jeunes, c’est évidemment plus difficile et il faudra encore un peu de temps pour que leur travail se retrouve dans des lieux prestigieux tels que le MoMA ou le Centre Pompidou. Pour en savoir plus sur les jeunes artistes tchèques contemporains, je vous invite à consulter les archives de notre site Internet, où vous trouverez des renseignements sur l’art contemporain tchèque en relation avec le festival Tina B., ou bien la nouvelle exposition permanente de la Galerie A l’anneau d’or, à Prague, ou encore la galerie d’art contemporain Hunt Kastner dont nous avons parlé au mois de janvier dans Culture sans frontières.

20-02-2010