Les bars de Zizkov à l'heure d'événements culturels

15-04-2007

Encore aujourd'hui, on suivra notre escapade à travers des bars d'expatriés, dans le quartier de Zizkov, à Prague. Nous vous présenterons Marco, un jeune poète français, arrivé en Septembre dernier à Prague. Il nous raconte comment il a découvert Vobejvak - Le Salon - et Taki Tiki où il lit maintenant chaque semaine ses poésies.

Marco, tu lis des poèmes chaque semaine au salon et à taki tiki.

Oui, avec un musicien, Patrick.

Comment t'as découvert Taky Tiki et Vobejvak, le salon ?

Ben en fait, c'est principalement le quartier où j'habite, après c'est vrai que c'est un quartier où y a pas mal de petits endroits que j'ai pas mal testé au début et au bout d'un moment y a principalement ces deux endroits là où il y a pas mal de gens différents qui viennent, où ça discute souvent, où c'est assez chaleureux, assez convivial et où du coup j'aime bien aller assez souvent.

Dans quel quartier t'habites à Prague ?

Zizkov, donc qui est un quartier où y a pas mal d'expatriés et aussi pas mal de gens qui aiment bien vivrent la nuit et avec qui c'est sympathique d'avoir de longues dicussions des fois.

Depuis quand et pourquoi t'es venu à Prague en fait ?

Alors je suis venu fin septembre donc pour étudier, finir mon cursus français ici, en année erasmus et donc ça fait cinq mois et quelques, mais c'est une ville où on s'acclimate très vite et où après la question devient « quand repartir ? ».

Tu lisais déjà des poèmes comme ça en France ? Comment ça s'est fait ici ?

Non, ben en fait par hasard, comme plusieurs autres petits projets qui sont plus ou moins en cours en ce moment à Prague ; ça s'est fait donc avec Patrick que j'avais rencontré par hasard aussi à Paris et en revenant je me suis rendu compte qu'il était guitariste et qu'il jouait plutôt bien, il m'a lu un petit peu et un soir juste avant d'aller jouer au Vobejvak, il m'a proposé « ah ben tiens on peut essayer tes textes sur ma musique, ça peut être marrant et sympa » et puis au final c'est marrant et sympa.

Donc tu écrivais déjà des poèmes en France, mais tu les lisais pas en fait ?

Oui, ça j'avais jamais testé et c'est plutôt marrant comme expérience.

Ensuite tu as commencé aussi à le faire à Taky Tiki.

Oui, ben c'est ça qui est marrant, plus ça va, plus entre plusieurs petits bars comme ça, il y a des gens qui vont dans l'un, qui vont dans l'autre, tout le monde commence à se connaître un peu et ça fait que au Taky Tiki où notamment j'avais participé à une petite pièce de théâtre, ils étaient intéressés par Patrick. Sinon il y a Justin, lui c'est un autre guitariste, un Anglais qui passe dans pas mal de petits bars à Prague, qui était passé à Taky tiki et qui, du coup, était venu au Vobejvak pour jouer avec Patrick. Justin, il jouait aussi au Globe, où joue maintenant Patrick et je vais sûrement aller poser mes textes sur sa Justin, au Globe aussi, donc c'est rigolo. Ca fonctionne un peu par connections : connaît lui qui connaît lui qui connaît lui, etc.

Par bouche à oreille...

Voilà, oui.

Et tu vois ça comme une sorte de slam en fait ces lectures?

Ben plus comme un genre d'expérimentation, parce que le premier jour où je l'ai fait, je savais pas trop ce que j'allais faire, ce qu'on allait faire quoi et puis après, avec la musique, ça pousse à mettre un peu de rythme dans la voix, mais c'est quand même plus parler que chanter, je sais pas, je sais pas trop ce que c'est, c'est une expérimentation.

C'est un genre à part. Et tu penses que ce serait possible de faire la même chose en France ?

Mmm... J'ai des doutes. Peut-être, pourquoi pas, peut-être que ça se fait. Après je sais qu'ici, ce que j'aime bin d'ailleurs, j'ai envie de dire le climat dans tous ces petits cafés est très détendu, très facile quoi. Plus facile, et plus commun j'ai envie de dire. En France, c'est assez rare par exemple les cafés où si quelqu'un rentre tout seul vers des gens « oh ben viens, assis toi là », où ça devient habituel que tout le monde discute avec tout le monde quoi. En France, y a quelques endroits comme ça, mais peut-être un peu moins. Ici, c'est quelque chose qu'on peut rencontrer assez facilement, malgré le fait que ce soit une grande ville. Mais c'est vrai qu'après il faut préciser que ce petit quartier Zizkov est quand même presque un petit village et après y a d'autres endroits un peu comme ça et c'est vrai que c'est à la fois une grande ville et une ville où c'est facile de se faire des relations et puis après de bouche à oreille faire un peu son petit réseau.

Tu penses que tu as été particulièrement attiré par ces bars là aussi parce que c'était des bars d'expatriés ?

Ouais, au début aussi, parce que c'est vrai que j'ai toujours un Tchèque assez limité, donc du coup c'est quand-même bien d'avoir des bars où c'est plutôt anglophone, voire le Vobejvak c'est un peu francophone aussi, puisque Marta, la patronne est donc moitié française, moitié tchèque et c'est vrai que ça permet à la fois de rencontrer des gens d'un peu partout dans le monde, mais qui habitent à Prague, donc des Pragois d'un peu partout, et à la fois des Tchèques qui, lorsqu'ils vont dans ces bars là, parlent plus souvent un peu Anglais, un peu Français ou un peu Allemand, donc avec qui c'est possible d'échanger. Après je sais que j'ai fait les mêmes tests dans des bars plutôt tchèques, mais le problème c'est que sorti de « na zdravi, etc. », d'un grand sourire et puis d'un coup trinqué ensemble, j'ai du mal à aller plus loin dans la discussion, donc c'est vite limité.

Oui, donc quand on veut se produire quelque part c'est plus facile d'en parler avec des expatriés.

Oui voilà, ben pour monter quoi que soit, que ce soit pour échanger, même pour monter des projets, je sais que j'ai deux ou trois autres petits projets qui se sont montés ou qui sont plus ou moins en cours et c'est quand même bien plus facile de pouvoir le faire avec des Anglophones, parce que le Tchèque... Peut-être que si je reste ici, dans un an ou deux on verra, mais pour le moment, c'est pas possible.

Et tu projettes de rentrer en France justement ou de rester ici ?

Ben pour le moment je suis en pleine recherche et je pense que ça dépendra pas que de moi, ça dépendra aussi de là où je suis accepté et ce que je peux faire, mais si je pouvais juste choisir de rester dans une ville, ce serait plutôt rester là. Après, comme il faut bien faire quelque chose, ça dépendra aussi de là où je trouve quelque chose à faire.

Recherche de travail ou école ?

Travail et études et même temps, puisque là je vais finir un diplôme en quatre ans, donc je me dis que ce serait peut être bien de faire une cinquième année quelque part à condition de trouver quelque chose de bien, et puis sinon, ben travailler quoi, donc ce qui fait que c'est très flou et très vaste, mais à voir. Et puis, c'est vrai qu'ici, ya beaucoup de gens qui, pour continuer dans leur travail, que ce soit guitare, peinture ou d'autres domaines, ou écriture, c'est vrai qu'il y a pas mal de gens qui se posent ici, parce qu'il y a un bon climat, on va dire assez stimulant, d'échanges et où on peut discuter de création avec pas mal des gens qui à côté font pas mal de petits boulots, genre donner des cours de Français ou d'Anglais et profiter après du climat, qui est quand même bien prospice ici à continuer ses projets, ses créations personnelles. Ouais, on s'y attache à cette ville. Si je reste là, ce qui est clair pour moi c'est qu'il faudra que je bosse le Tchèque bien plus. Cependant, j'ai l'impression d'être bien intégré, mais intégré plus à cet espèce de, pas de microcosme, mais beaucoup d'expatriés et quelques Tchèques qui font l'effort dans leur propre pays de parler une autre langue, donc du coup qui sont très ouverts, très sympas, mais je suis plus intégré à cette communauté d'expatriés. Après si je reste là, il faudra que je m'intègre avec des Tchèques un peu plus, parce que pour le moment j'ai quelques amis tchèques qui parlent Anglais ou Allemand, mais les opportunités restent de toute façon limitées à cause de la barrière de la langue. Le Tchèque est pas facile, mais après avec le Français, l'Allemand et l'Anglais, ça donne quand même pas mal de possibilités de dicuter et échanger.

Est ce que tu peux nous rappeler quels jours tu te produis à Vobejvak et Taki Tiki ?

Pour Vobejvak, c'est tous les mercredi à partir de neuf heures à peu près et Taki tiki, c'est généralement soit les vendredi, soit les samedi et entre une et deux fois par mois.

15-04-2007