Jablkoň, un peu de douceur dans ce monde de brutes

22-05-2016

Jablkoň – quel drôle de nom pour un groupe. Car oui, nous vous le confirmons, même si ce mot tchèque n’existe pas, il est dérivé de « jablko » - « la pomme », mais il ne s’agit toutefois pas d’un « pommier » - « jabloň ». Pour vous surprendre davantage, ce néologisme quelque peu rigolo existe depuis 1977, date de la création du groupe par trois de ses membres. Jablkoň s’est depuis construit une place incontestable sur la scène alternative tchèque, tout en continuant de récolter des critiques plus que positives en dehors des frontières du pays.

L’esprit ouvert de Jablkoň, toujours imprévisible

Jablkoň, photo: Ota Nepilý, ČRoJablkoň, photo: Ota Nepilý, ČRo Tout au long de sa carrière, le groupe Jablkoň n’a pas semblé vouloir se cantonner à un seul genre musical, naviguant entre la musique folk, la musique alternative, le jazz ou encore la musique classique. L’originalité des sons de Jablkoň tient essentiellement à l’union harmonieuse, à certains moments un peu moins, des différents instruments joués par les cinq membres du groupe, à savoir deux guitares, une basse, un basson, une batterie et des percussions. Après la chute du régime communiste, le groupe profite de la nouvelle possibilité de se produire à l’étranger et participe notamment à divers festivals en Allemagne, en Belgique, au Danemark ou en Hollande, où les échos des critiques locales sont plus que favorables.

 « Voilà enfin ce mois de juin bleu clair
rends moi par la main soit à moi
tu fumes alors prends
le feu là où je l’ai mis je te le donne
tu sais je suis si heureux avec toi
tu as quelque chose comment dire
en un mot tu es quelque chose de plus – tu comprends »

Photo: Indies Happy TrailsPhoto: Indies Happy Trails Depuis ses débuts, le groupe a notamment été accompagné de différentes chanteuses, telles que Radůza ou Iva Bittová, qui font elles-aussi leur apparition sur l’album « Cestující v noci » -« Les Passagers de la nuit », que nous écoutons dans ce dimanche musical. Ayant toujours un faible pour la présence d’une voix féminine au sein du groupe, Jablkoň est rejoint en 2005 par la saxophoniste et chanteuse Anna Duchaňová. Elle sera remplacée en 2013 par une autre chanteuse, Marie Puttnerová.

Des textes poétiques et une musique, comme un univers à découvrir

Photo: Indies RecordsPhoto: Indies Records En près de quarante ans de carrière, Jablkoň a sorti seize albums, dont certains en coopération avec d’autres artistes, issus notamment de la musique classique, comme le violoniste Jaroslav Svěcený en 1991 ou aussi l’Orchestre cinématographique en 1995. Le groupe a notamment composé la bande originale de deux films, « Smradi » (Salopards) de 2002 et « Šejdrem » (De travers) de 2009. Jablkoň a été récompensé en 2004 du prix de musique Anděl dans la catégorie folk et country pour l’album « Hovada boží », titre faisant référence au nom péjoratif donné à une vache.

Si le groupe se produit habituellement dans sa formation complète, deux de ses membres, le guitariste, chanteur et fondateur de Jablkoň, Michal Němec, et la chanteuse Marie Puttnerová ont également créé leur propre duo, et se produisent alors sur scène sous le nom de Půljablkoň, soit « la moitié de Jablkoň » depuis 2014.

 « Lorsque le soleil s’abat derrière Petřín
et la maison sur le quai perd de son poids
ils se penchent aux fenêtres, ils s’envolent vers le haut
avec une flûte traversière et celle du petit matin
avant que le soleil
ne plonge derrière la montagne citadine
le ciel atterrit
il frotte de son aile la terre et s’enflamme »

Jablkoň, photo: che, CC BY-SA 2.5 GenericJablkoň, photo: che, CC BY-SA 2.5 Generic Pour tous les mélomanes qui souhaiteraient écouter les dernières compositions de ces musiciens authentiques en live, rendez-vous le 6 juin prochain avec Jablkoň à Prague pour la fête de la bière, le fameux Pivobraní, ainsi que le 8 juin à la Bibliothèque Václav Havel pour Půljablkoň.

 « Il y a un peu de nuit en tout, comme d’ailleurs dans tous les jours. »

www.jablkon.com

22-05-2016