Václav Neckář, une carrière sur la scène et sur grand écran

A 75 ans passés, il continue à remplir les salles de concert : le chanteur Václav Neckář, également connu pour ses rôles au cinéma dans les films du réalisateur oscarisé Jiří Menzel, est parvenu à conserver les faveurs du public, que ce soit avec les chansons de ses débuts ou avec les nouvelles compositions de son dernier album « Já ti zabrnkám ».

Photo: SupraphonPhoto: Supraphon Václav Neckář est né le 23 octobre 1943, dans le quartier populaire de Žižkov à Prague. Issu d’une famille de gens de théâtre, le jeune Václav se retrouve rapidement sur les planches d’un théâtre d’Ústí nad Labem, dans le nord du pays. Il étudie également le chant et le piano.

Quatre fois il essaye d’entrer à l’école d’art dramatique de Prague, la DAMU, mais sans succès. Il commence donc à travailler à mi-temps comme éclairagiste au Théâtre des travailleurs à Most. Après avoir réussi le concours d’entrée en 1964, il travaille au théâtre Alfa de Plzeň. C’est là qu’il rencontre Marta Kubišová avec laquelle il formera le groupe Golden Kids aux côtés de Helena Vondráčková. Le trio Golden Kids se produit sur la scène musicale tchèque pendant quinze mois seulement, de 1968 à 1970. Le groupe se sépare après l’interdiction de se produire qui frappe Marta Kubišová.

Václav Neckář a également eu une carrière importante au cinéma. Il a joué dans le film Trains étroitement surveillés, récompensé par l’Oscar du meilleur film étranger, ou dans Alouette, le fil à la patte.

Václav Neckář a sorti plus une quinzaine d’albums originaux, mais aussi des best-of ou des albums live. Parmi ses plus grands succès, on compte : Lékořice, Massachusetts, Ša - la - la - la - li, Stín katedrál, Čaroděj dobroděj, Svatovítský chrám ou Spěchám. En 2002, Václav Neckář est victime d’un AVC. Il doit ensuite réapprendre à parler, à chanter et même les textes de ses chansons.

Václav Neckář, photo: YouTubeVáclav Neckář, photo: YouTube Après la révolution de Velours, en 1989, les archives dévoilent que Václav Neckář a collaboré avec la police secrète communiste. Le chanteur prétexte les conséquences de sa maladie et des pertes de mémoire pour justifier ses réticences à aborder le sujet.

En 2011, il interprète avec le groupe Umakart la chanson Půlnoční qui sert de BO au film Alois Nebel. Cette composition vaut à Václav Neckář d’être récompensé d’un prix Anděl et signe son grand retour sur la scène tchèque. Elle est incluse dans l’album Dobrý časy de 2012, considéré comme un de ses meilleurs depuis la période des Golden Kids.