Augmentation du nombre de faillites chez les petits commerçants et les auto-entrepreneurs

08-12-2015

8 186 petits commerçants et auto-entrepreneurs ont fait faillite entre novembre 2014 et octobre 2015, soit 1 020 de plus que l’année précédente. Le nombre de faillites de cette tranche de la population a ainsi augmenté de 14% par rapport à la même période l’année d’avant. En cause notamment, le renforcement de la position des grandes chaînes de consommation et les factures impayées.

Photo illustrative: Archives de Radio PraguePhoto illustrative: Archives de Radio Prague En première ligne de ces faillites, les personnes qui font commerce d’aliments. A la fin du mois de septembre 2015, le nombre de ces petits commerçants alimentaires s’élevait à 3763, soit une diminution de leur nombre de plus d’un cinquième sur les huit dernières années.

« Le renforcement de la position des grandes chaînes commerciales sur le marché tchèque a une influence grandissante sur l’activité des petits commerces qui sont petit à petit évincés. Cela concerne plus ou moins tous les secteurs, mais surtout dans le secteur de l’ameublement, du vestimentaire et de l’alimentaire. Les petits commerces ne parviennent pas à concurrencer les grandes chaînes, ni par les prix ni par la quantité de produits. Preuve du renforcement de la position des grandes chaînes dans le secteur alimentaire : 165 nouvelles sociétés ont vu le jour en huit ans, » explique un expert.

A côté de ce phénomène, les petits commerçants souffrent également des mauvaises habitudes de leurs clients en matière de paiement. A cet égard, la République tchèque est un des plus mauvais élèves de l’Europe. Les entrepreneurs tchèques paient en moyenne leur dû dans les 45 jours. « C’est justement les mauvaises habitudes des grandes entreprises qui a une conséquence directe sur le déclin des petits commerces. Jusqu’à un tiers payent leurs factures après l’échéance. Quand les factures impayées s’accumulent, c’est la liquidation assurée pour un petit commerce, » ajoute cet expert.

Au contraire des petits commerces, les grandes entreprises se portent bien en République tchèque pour la deuxième année consécutive. Selon les estimations de la société Czech Credit Bureau, un peu plus de mille faillites devraient être déclarées pour l’année 2015, soit une baisse de plus de 20% pour la même période l’année dernière.

08-12-2015