Bientôt la fin des compteurs dans les taxis ?

27-02-2019

Le gouvernement tchèque a validé mercredi un projet de loi visant à réformer les normes en vigueur pour les taxis du pays. Le texte prévoit notamment de supprimer l’obligation de disposer d’un compteur dans son véhicule. Peu de chauffeurs semblent satisfaits par les changements prévus, qui doivent accompagner les transformations radicales subies dans la profession depuis l’arrivée des services de VTC.

Photo: ČTPhoto: ČT Uberisation des temps ou fin d’une époque? En tout cas pour les taxis la fin des compteurs, de la lampe sur le toit et des examens de connaissance géographique : c’est ce que prévoit le nouveau texte entériné en Conseil des ministres, qui doit encore être voté au parlement et parafé par le chef de l’Etat. Seuls les taxis pouvant être hélés dans la rue devront conserver lampe et compteur ; pour les autres un signe sur la portière suffira.

Le but affiché par les autorités est de mettre sur un pied d’égalité les chauffeurs de taxi traditionnel et les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) et permettre à tous de trouver des clients grâce à des applications mobile de type Uber ou Taxify.

Si cette loi est adoptée, les sociétés de VTC auront l’obligation de garantir que le chauffeur dispose de toutes les autorisations nécessaires pour prendre des clients.

L’association nationale des chauffeurs de taxi a déjà fait savoir qu’elle n’était pas satisfaite par ce nouveau projet de loi – de son côté, la société Taxify a également émis des objections.

Plusieurs milliers de chauffeurs sont concernés par ce potentiel changement de règles. Rien qu’à Prague on recense 8000 chauffeurs de taxi et environ 3000 conducteurs VTC.

Les chauffeurs de taxi pragois, longtemps sous le feu des critiques à cause des magouilles et arnaques de certains d’entre eux, estiment que les chauffeurs Uber et Taxify représentent une concurrence déloyale car ils ne sont pas soumis aux mêmes règles. Ils ont organisé plusieurs manifestations l’année dernière pour demander aux autorités de légiférer.

27-02-2019