En raison de la sécheresse, les agriculteurs manquent de fourrage

14-08-2018

Les agriculteurs tchèques manquent de fourrage pour les animaux. En raison de la sécheresse persistante et des fortes températures de cet été, l'herbe ne pousse plus dans les pâturages. De nombreux éleveurs doivent recourir aux réserves prévues à l'origine pour les mois d'hiver.

Photo illustrative: Archives de Radio PraguePhoto illustrative: Archives de Radio Prague La sécheresse et la canicule ont des conséquences pas toujours évidentes pour le commun des mortels. Mais outre le manque d'eau, les agriculteurs font partie des plus touchés par les conditions climatiques extrêmes de cet été.

De nombreux éleveurs font face à un déficit de fourrage pour les animaux et ont dû recourir aux réserves hivernales. Pour certains, la situation est d'ailleurs plus dramatique. Certains agriculteurs n'ayant pas la capacité de nourrir leurs bêtes doivent envisager de s'en débarrasser progressivement.

La première fenaison s'est avérée un tiers plus faible que d'ordinaire, et la seconde n'a parfois même pas eu lieu, tant les herbes sont sèches et ne repousssent pas. De nombreux fermiers ont également dû vendre leurs jeunes animaux en-dessous du prix normal, faute de fourrage.

Se fournir à l'étranger n'est pas une solution, comme l'explique le directeur de l'Union tchèque des éleveurs de bétail, Kamil Malát, les prix étant bien trop élevés :

« Avant, on faisait venir le fourrage de Pologne, mais cette année, ce n'est pas possible. En fait, il n'y a pratiquement rien à acheter et quand c'est le cas, le prix est extrêmement élevé. Dans le passé, un ballot de foin coûtait entre 300 et 400 couronnes, aujourd'hui, le prix tourne autour de 1 000 voire 1 500 couronnes. C'est largement au-dessus des finances des éleveurs. »

D'après le ministère de l'Agriculture, il faut désormais attendre les résultats finaux de la moisson. Les fermiers pourraient recevoir un soutien financier allant jusqu'à 80 % des dommages causés par la sécheresse.

14-08-2018