Le déclin des jeux de hasard en Tchéquie ?

18-02-2019

Le nombre d’établissements de jeux de hasard a considérablement baissé en République tchèque depuis 2012, a annoncé la ministre des Finances Alena Schillerová. S’il existait, il y a sept ans, plus de 7 500 salles de jeux de hasard appelés « herna » dans le pays, elles n’étaient que 1 800 en janvier 2019.

Photo illustrative: Barbora NěmcováPhoto illustrative: Barbora Němcová En ce qui concerne les machines à sous, leur nombre a diminué de 48% depuis 2012, pour s’élever actuellement à moins de 39 000. La répartition des salles de jeu dans le pays est différente selon l’attitude de telle ou telle municipalité vis-à-vis du phénomène. Dans précisément 457 communes, dont Kladno, Česká Skalice, Klatovy, České Budějovice, Rokycany ou Jihlava, les jeux de hasard sont interdits. Les « herna » n’existent pas non plus dans le 2e arrondissement de Prague.

Selon la ministre des Finances, la situation en République tchèque, appelée dans un passé encore relativement récent « le casino d’Europe centrale », s’est améliorée après l’entrée en vigueur, en 2017, de la nouvelle loi sur les jeux de hasard. Cette nouvelle législation a instauré différentes régulations comme la limitation des sommes maximales pour les paris et les gains, ainsi que celle de la publicité, ou encore la mise en place des registres des joueurs et des pauses obligatoires dans le jeu.

Comme précisé par Alena Schillerová, le ministère des Finances entend lancer, à compter du début de l’année prochaine, un système électronique de protection des joueurs. Ce système permettra également de mettre en place un registre de « joueurs exclus », à savoir des personnes les plus vulnérables : celles qui sont menacées par la pauvreté et qui s’adonnent au jeu de manière compulsive et pathologique.

18-02-2019