Le prix des pommes s’envole

22-05-2018

Le prix de vente des pommes dans les commerces en République tchèque se situe actuellement à son niveau le plus élevé depuis cinq ans.

Photo: Marco Roosink / Pixabay, CC0 Photo: Marco Roosink / Pixabay, CC0 Au cours de la semaine dernière, le kilo de pommes se vendait à un prix légèrement supérieur à 40 couronnes (1,55 euros), soit une hausse de 29% en l’espace d’un an. Les données ont été publiées par l’Office tchèque des statistiques. D’après les estimations des fruiticulteurs tchèques, ce prix augmentera encore dans les prochaines semaines et pourrait battre le record de 41,83 couronnes (1,62 euros) pour un kilo enregistré en août 2013. Cette inflation, enregistrée depuis l’automne dernier, s’explique par les gels qui ont affecté les arbres au printemps 2017 et les faibles récoltes dans les principaux pays producteurs du fruit en Europe, notamment en Pologne, en Italie, en Allemagne, en Autriche et en Slovénie.

« Au sein de l’Union européenne, les réserves se situent généralement autour de 1,3 ou 1,4 millions de tonnes au mois de mai. Cette année, elles ne représentent que 0,7 millions de tonnes », a précisé le président de l’Union des fruiticulteurs tchèques, Martin Ludvík. A savoir que La consommation de pommes en République tchèque dépend pour moitié environ des importations. La pomme est ici le fruit le plus consommé : les Tchèques en mangent près de 24 kilogrammes par personne et par an.

La production tchèque de la pomme est localisée principalement dans la région de Bohême centrale. En 2017, les agriculteurs tchèques, eux aussi, ont connu une saison particulièrement mauvaise : la récolte a baissé de 19% comparé à l’année précédente pour atteindre 101 844 tonnes. Par ailleurs, elle a chuté de 26% en comparaison avec le rendement moyen enregistré au cours des trois dernières années.

Début mai, les réserves des fruiticulteurs ont été très faibles : environ 6 000 tonnes de pommes. Actuellement, les consommateurs tchèques commencent à se tourner vers d’autres fruits, notamment vers des fraises et des cerises locales ou encore vers des abricots et des pêches importés. Aussi, Les Tchèques sont de plus en plus nombreux à privilégier la banane à la pomme, la banane dont le prix vient en revanche de baisser à moins de 20 couronnes (0,77 euros) le kilo…

22-05-2018