Les activités du groupe chinois CEFC menacées en Europe

18-05-2018

Le groupe financier J&T a annoncé qu’il reprenait le contrôle de ses parts majoritaires dans la société CEFC Europe, en raison du montant de ses dettes impayées. Un possible coup dur pour CEFC, un groupe chinois basé à Shanghai dont la division CEFC Europe, opérant depuis Prague, devait être une porte d’entrée des investissements chinois vers le Vieux continent.

CEFC aurait accumulé une dette de l’ordre de 450 millions d’euros. La société conteste cependant la décision du groupe J&T et explique avoir les moyens de régler ses impayés. « Les actionnaires de CEFC Europe ne reconnaissent pas le limogeage de l’actuel direction et son remplacement par une autre et sont prêts à entamer toutes les procédures judiciaires légales contre le groupe J&T », indique la société sur son site internet.

Le groupe financier J&T a indiqué qu’il était prêt à reconsidérer son action si la dette était effectivement payée. Pour l’heure, sa priorité est de protéger ses investissements.

CEFC Europe est considéré comme le cheval de Troie des investissements chinois sur le continent européen. Le président Miloš Zeman a déployé ses efforts pour permettre son implantation en République tchèque. Depuis la fin de l’année 2015, le groupe a acquis de nombreux actifs dans le pays, devenant le propriétaire d’hôtels, de bureaux, de brasseries et même du Slavia Prague, l’un des plus anciens clubs de football tchèques.