Les ventes d’armes tchèques en baisse

31-05-2019

Le volume des exportations d’armes et de matériel militaire tchèque a diminué d’un peu plus d’un milliard de couronnes (40 millions d’euros) en 2018.

L’annonce a été faite par le président de l’Association de l’industrie de la défense et de la sécurité (AOBP), Jiří Hynek, à l’occasion de l’ouverture du traditionnel salon international des technologies de défense et de sécurité (IDET), qui se tient à Brno (Moravie) de mercredi à vendredi. Tandis que le montant des ventes à l’étranger s’est élevé à 15,1 milliards en 2017 (587 millions d’euros), il n’a été que de 14 milliards en 2018 (544 millions d’euros). Il s’agit de la deuxième baisse en l’espace de deux ans, mais cette tendance ne devrait pas se confirmer en 2019. Elle est également à relativiser.

En effet, en 2016, année marquée par la vente de plusieurs avions de chasse L-159 à l’Irak, les ventes d’armes et de matériel militaire avaient atteint un montant total record de 18,2 milliards de couronnes (708 millions d’euros.

Surtout, en l’espace de quinze ans, la République tchèque a multiplié par dix ses chiffres dans ce domaine traditionnel de l’industrie du pays. « Aucun L-159 n’a toutefois été vendu en 2018, et remplacer un avion de ce type par quelque chose d’autre aussi important est pratiquement impossible », a expliqué Jiří Hynek.

Autres raisons avancées pour la baisse du chiffre d’affaires : l’impossibilité de faire transiter de telles marchandises à l’intérieur de l’Union européenne, ce qui empêche le transport et la réalisation de certaines commandes, ainsi que la pénurie de main-d’œuvre comme dans d’autres secteurs d’activité de l’industrie tchèque. « Il y a de nombreuses sociétés de production où la moyenne d’âge des employés est supérieure à 50 ans », a constaté Jiří Hynek.

Pour cette année, des ventes pour un montant d’ensemble de nouveau de l’ordre de 15 milliards de couronnes sont prévues, essentiellement aux Etats-Unis (un dixième du volume total des ventes tchèques), mais aussi sur d’autres marchés traditionnels comme l’Irak, la Pologne ou encore les Emirats arabes unis. Au total, quelque 80 % des ventes s’effectuent dans une vingtaine de pays. Par ailleurs, le développement du projet d’avion L-39NG, qui constitue une grande avancée technologique, devrait faire passer l’industrie spécialisée tchèque « dans la catégorie VIP », toujours selon le président de l’AOBP.

31-05-2019