Les ventes de produits alimentaires sur Internet se développent en République tchèque

28-08-2015

Les achats de produits alimentaires en ligne sont un mode de consommation de plus en plus prisé par les Tchèques. Un sur cinq environ affirme être déjà passé par Internet pour faire des courses. Selon les estimations, le montant du chiffre d’affaires pourrait grimper à 5,5 milliards de couronnes (près de 205 millions d’euros) cette année, soit un de plus (37 millions d’euros) qu’en 2014.

Photo: Commission européennePhoto: Commission européenne Aujourd’hui, une dizaine de sites sont spécialisés dans le commerce alimentaire électronique. Si cela peut sembler encore relativement peu, ce chiffre traduit, au contraire, la croissance et l’évolution dynamique de cette forme de vente ces dernières années en République tchèque puisque, en 2012 encore, un seul « cybermarché » proposait ce type de services.

Certains de ces sites se concentrent sur les ventes de certains types de denrées spécifiques : bio, sans gluten ou marchandises importées. Pour autant, ce sont pour les produits de consommation courante, comme les produits laitiers et les fruits et légumes, que les Tchèques effectuent leurs dépenses les plus importantes. Relativement nombreux sont ceux également à acheter en ligne l’alimentation pour leurs animaux domestiques ou des compléments alimentaires.

Mais sur un marché encore relativement nouveau et limité, la concurrence est rude. Les vendeurs s’efforcent donc d’attirer les clients en leur proposant différents services : livraisons plus rapides, voire même parfois gratuites, différents moyens de paiement, etc. Le montant minimal d’une commande en ligne pour un panier de courses tourne habituellement autour de 900 couronnes (33 euros).

Plus généralement, les Tchèques rattrapent donc dans ce domaine leur retard sur certains autres pays européens, où le commerce alimentaire en ligne fonctionne depuis la fin des années 1990. En Grande-Bretagne, par exemple, environ 3% de l’ensemble des produits alimentaires vendus le sont par Internet. Une situation dont la République tchèque est encore très loin.

28-08-2015