L’imposition des sociétés débattue au sein de la coalition gouvernementale

24-02-2015

La récente publication des statistiques de l’année 2014 sur la collecte des impôts a relancé le débat au sein de la coalition gouvernementale sur une possible hausse d’impôts des sociétés. Si cette mesure fait partie du programme social-démocrate, le mouvement ANO et les chrétiens-démocrates s’y sont opposés.

Photo: Barbora KmentováPhoto: Barbora Kmentová Le Premier ministre a déjà annoncé à la fin du mois de janvier que le gouvernement devrait se pencher sur une possible hausse des impôts des sociétés, un des points du programme social-démocrate. Dans son interview accordée à l’hebdomadaire Ekonom, Bohuslav Sobotka a souligné qu’il considère cette hausse comme une mesure nécessaire pour la stabilisation du budget d’Etat.

La réaction de ses deux partenaires de coalition, le mouvement ANO et les chrétiens-démocrates, a été négative. Néanmoins, certains députés sociaux-démocrates ont relancé le débat sur ce sujet suite à la publication des statistiques relatives à la collecte d’impôt en 2014. Selon eux, le ministre des Finances n’a pas réussi à l’améliorer autant que promis. En effet, l’Etat a collecté 5 milliards de couronnes de moins sur les taxes sur les énergies et 3,4 milliards de moins sur le tabac par rapport aux prévisions initiales.

Pour le président de la commission budgétaire à la Chambre basse, Václav Votava, le temps serait de revoir le taux d’imposition des entreprises, fixée depuis cinq ans à 19%. Une hausse de 2% représenterait des gains pour le budget d’Etat de l’ordre de 24 milliards de couronnes annuelles (870 millions d’euros).

En 2003, les entreprises payaient l’impôt sur le revenu de 31%. Depuis, ce taux a progressivement baissé à 19%.

24-02-2015