Logement : les prêts d’Etat pour les jeunes familles sont moins populaires que prévu

16-09-2016

Les jeunes familles tchèques sont peu intéressées par les prêts d’Etat pour le logement à des conditions avantageux. Selon le serveur ihned.cz, seulement quinze demandes ont été déposées depuis le lancement du projet en mars dernier. La raison : le montant maximal insuffisant de l’emprunt, ainsi que les prix favorables des crédits immobiliers commerciaux.

Photo: fantasista / FreeDigitalPhotos.netPhoto: fantasista / FreeDigitalPhotos.net Ce nouveau type de crédit immobilier, accordé à des taux d’intérêt faibles qui varieront entre 1,46 % et 2,46 % et qui seront fixés à cinq ans, est censé d’aider des jeunes familles âgées de moins de 36 ans et qui ont à charge un ou plusieurs enfants de moins de six ans, d’acheter, de construire ou de reconstruire leur propre maison ou appartement. Or, six mois après le lancement du programme, le ministère du Développement régional enregistre un résultat peu satisfaisant : seulement quinze demandes de prêts et quatre contrats signés, pour un montant total de 2,4 millions de couronnes (un peu plus de 88 000 euros).

Ces chiffres se montrent d’autant plus négligeables que l’Etat, qui attendait cette année entre 900 et 1800 demandes, a libéré cent millions de couronnes (3,7 millions d’euros) à cette fin. Selon les critiques de projet, les raison en sont néanmoins simples. Il s’agit notamment du montant insuffisant de l’emprunt, qui se situe entre 50 000 et 600 000 couronnes (entre 1 850 et 22 200 euros) et qui peut couvrir au maximum 50 % des frais totaux liés à la construction ou à l’achat. C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé également la porte-parole du ministère, Veronika Vároši :

« Les jeunes cherchent le logement notamment dans les grandes villes où les prix sont plus hauts et notre crédit immobilier ne leur donc suffit pas. »

De plus, les adversaires des prêts d’Etat ont souligné également que ce type d’aide apparaît au moment où les prix des crédits immobiliers commerciaux sont assez bas et donc facilement accessibles. Le ministère entend néanmoins continuer à proposer ce type de crédits également l’année prochaine.

« L’intérêt est moins important que ce que nous avons attendu. Mais d’autre part, nous recevons beaucoup de demandes de renseignement sur les conditions du programme. Le nombre de demandes du crédit peut donc prochainement augmenter, » a ajouté Veronika Vároši.

16-09-2016