Plus d'un quart des femmes tchèques de plus de 65 ans menacées de pauvreté

21-03-2018

Plus d'un quart des femmes tchèques de plus de 65 ans, vivant seules, sont mancées de pauvreté, contre 9% de seniors. Un constat alarmant, tiré d'une étude Eurostat, présentée mardi à l'occasion de la participation de la République tchèque à une séance de la commission de l'ONU de la condition de la Femme. Les retraites moyennes des femmes tchèques sont 2000 couronnes (76 euros) inférieures à celles des hommes.

Photo: Filip Jandourek, ČRoPhoto: Filip Jandourek, ČRo « Les inégalités de genre sont liées à la pauvreté des personnes âgées. Les personnes les plus menacées par celle-ci sont les personnes seules. D'après les données Eurostat, la pauvreté menace 26 % des femmes tchèques seules et 9 % des hommes seuls, » détaille Taťána Gregor Kuchařová dont la fondation travaille avec les seniors.

Les femmes tchèques reçoivent des pensions de retraite 18 % inférieures à celles des hommes. D'après les données du service de l'égalité entre hommes et femmes du gouvernement tchèque, les hommes reçoivent en moyenne 12 661 couronnes (486 euros) par mois contre 10 400 couronnes (400 euros) pour les femmes.

D'après des données de 2017 du ministère du Travail et des Affaires sociales et du gouvernement tchèque, un cinquième de ces femmes à la retraite bénéficiaient d'une aide au logement.

Selon Taťána Gregor Kuchařová, cette inégalité commence dès la période où les femmes prennent un congé maternité. « Les femmes de moins de 30 ans ont des salaires 10 % inférieurs à ceux des hommes, pour une même position. Dans d'autres catégories d'âge, on monte à 22 % voire jusqu'à 29 % pour les femmes diplômées, » détaille Robert Pelikán, le ministre de la Justice et des Droits de l'Homme. Ce dernier soutient l'idée d'une répartition équitable du congé parental entre les hommes et les femmes, et d'une réduction de ce congé. En République tchèque, 1,9 % des hommes prennent un congé parental.

21-03-2018