Transports : l’automatisation des lignes C et D du métro de Prague à l’étude

22-05-2020

DPP, la société qui exploite les transports en commun à Prague, a entamé des consultations auprès de huit sociétés fournisseuses potentielles d’un système de pilotage et d’exploitation automatiques pour la ligne C déjà existante et la future ligne D du métro.

Photo illustrative: Filip Jandourek, ČRoPhoto illustrative: Filip Jandourek, ČRo Le premier tour de ces consultations devrait durer jusqu’à la mi-juillet. L’objectif est de recueillir les informations et la documentation nécessaires à la détermination des conditions de l’appel d’offres que DPP entend lancer dans le courant du premier semestre 2021, comme l’a confié cette semaine le directeur de la communication.

Tant pour la ligne D, qui sera un des plus importants projets de travaux publics prévus en République tchèque dans les années à venir (pour un montant total estimé à près de 3 milliards d’euros), que pour la modernisation de la ligne C, la plus fréquentée des trois lignes de métro existantes à Prague, la volonté de DPP est de réduire les intervalles de temps (à 85 secondes contre 115 pour les plus courts actuellement) ou de mieux pouvoir réagir aux situations exceptionnelles qui entravent parfois le trafic.

Parmi les huit sociétés sollicitées figurent les Français d’Alstrom, les Allemands de Siemens, la société italienne STS du groupe Hitachi, les Canadiens du consortium Bombardier ou encore Thales et Stadler. Ce vaste tour de tables doit permettre de faire en sorte que les conditions qui figureront au cahier des charges répondent au mieux aux besoins de la capitale tchèque.

La mise en service de la ligne D est prévue pour la fin de l’année 2027. Son premier tronçon reliera les stations Pankrác (située sur la ligne C) et Olbrachtova. Chaque année, le métro de Prague permet le transport de plus de 430 millions de passagers, soit une moyenne quotidienne de 1,2 million de personnes.

22-05-2020