A Prague, les trottinettes en libre-service font grincer les dents

17-10-2018

Au revoir les segways, bonjour les trottinettes électriques ! Alors que depuis 2016, les gyropodes autrefois très prisés des touristes sont interdits dans le centre historique de Prague et dans quelques quartiers périphériques, la capitale tchèque est désormais envahie par des trottinettes électriques, immédiatement reconnaissables à leurs couleurs blanche et verte. Une présence qui suscite l’ire de nombreux habitants.

Photo: LimePhoto: Lime A Prague, il est interdit de rouler sur les trottoirs, que l’on soit à vélo ou sur tout autre type de véhicule. Mais depuis l’implantation, il y a deux semaines de cela par la société américaine Lime, d’une centaine de trottinettes électriques en libre-service, leurs usagers semblent faire fi de cet interdit. Porte-parole de la police municipale, Jan Čihák rappelle les principes de base de la réglementation :

« Tout utilisateur de ces trottinettes est considéré comme un cycliste. Ces gens n’ont donc rien à faire sur les trottoirs. S’ils sont témoins d’une infraction de ce type, ou même d’une circulation en contre-sens dans une voie à sens unique, ce qui est très fréquent avec ces engins, les agents de police peuvent infliger une amende pouvant s’élever jusqu’à 2 000 CZK (environ 77 euros). »

De même, l’obligation de rendre et garer la trottinette sur un hotspot prévu à cet effet est souvent tout bonnement ignorée, le deux-roues étant laissé à l’abandon un peu partout dans la ville. Si ces trottinettes peuvent être stationnées sur un trottoir, elles ne doivent toutefois pas entraver la circulation des piétons.

Ce non-respect fréquent de l’espace public par les usagers est une situation qui irrite les riverains directement touchés dans leur quotidien, tout comme les municipalités de certains arrondissement qui n’ont pas été consultées sur le sujet. La société Lime a signé un mémorandum directement avec la mairie de Prague. Interrogé sur les problèmes causés par la présence de ces trottinettes sur les trottoirs notamment, le porte-parole de la mairie de Prague, Vít Hofman a répondu au micro de la Radio tchèque :

« Nous avons déjà signalé à la société Lime qu’elle ne respectait pas certaines conditions du mémorandum. Elle nous a promis de contacter directement les différents arrondissements de Prague dans les jours à venir afin d’en respecter au mieux les différents points. »

Lime est une société internationale basée à San Francisco et qui fonctionne dans vingt-sept Etats des Etats-Unis. En Europe, outre Prague, elle propose ce service de trottinettes en libre-service à Berlin, Madrid ou Paris. La location de ces deux-roues se fait par le biais d’une application mobile qui permet de localiser les trottinettes disponibles dans les environs où l’utilisateur se trouve. Débloquer la trottinette coûte 25 CZK (1 euro), un prix d’emprunt auquel s’ajoutent 2 CZK pour chaque minute écoulée.

Photo: Lenka ŽižkováPhoto: Lenka Žižková D’après l’application, il y aurait actuellement près de 300 trottinettes dans Prague, et pas seulement dans le centre-ville où les touristes s’avèrent être friands de ce mode de déplacement, mais aussi dans plusieurs autres arrondissements périphériques.

Pour l’heure, et pour faire face aux critiques qui fusent d’un peu partout, la société a reconnu qu’elle allait devoir faire montre de davantage de pédagogie vis-à-vis des usagers. Les conditions d’utilisation des trottinettes doivent certes être approuvées sur l’application au moment de la location, mais rien ne garantit que celles-ci soient véritablement intégrées, voire même lues en détail.

17-10-2018