Big Brother Awards : un bon cru 2013

17-01-2014

Chaque année, l’organisation non gouvernementale de défense des droits de l’homme luridicum Remedium décerne ses Big Brother Awards aux organismes publics ou privés qui ont le plus oeuvré pour menacer la vie privée et les libertés individuelles. Dans la catégorie des « plus grands fouineurs institutionnels sur le long terme », le ministère de la Santé a pour la première fois été distingué.

Avec les révélations sur la surveillance à grande échelle de citoyens du monde entier par l’agence de sécurité américaine NSA, l’année 2013 a été un cru particulièrement riche en matière d’atteinte à la vie privée. Réuni jeudi au cinéma pragois BIO OKO, le jury des Big Brother Awards, composé de juristes, de spécialistes des nouvelles technologies mais également de défenseurs des droits de l’homme, a donc eu dû grain à moudre. La NSA a d’ailleurs eu l’honneur, sans surprise, de remporter un prix. Sur la scène nationale, le ministère de la Santé s’est distingué. Juriste de l’association luridicum Remedium, Jan Vobořil développe :

« Le ministère de la Santé a remporté le prix des « plus grands fouineurs institutionnels sur le long terme » pour sa collecte d’échantillons de sang sur tous les nouveaux-nés depuis la moitié des années 1980. »

Le ministère de la Santé rejoint d’autres ministères déjà honoré par ce même prix. Un « autre fouineur institutionnel » a mérité de figurer au palmarès de cette édition 2013. Il s’agit des services de renseignement de l’armée pour des écoutes illégales réalisées sous la direction de Jana Nagyová, l’ancienne directrice de cabinet et amante du premier ministre Petr Nečas, un scandale qui, en juin dernier, a fait tombé son gouvernement. Côté technologie, le risque représenté par les cartes bancaires sans contact a été pointé du doigt. En cas de vol, à moins de faire rapidement opposition, il est impossible d’empêcher le nouveau propriétaire de la carte de l’utiliser.

Mais les Big Brother Awards entendent également récompenser des initiatives positives, celles qui nous éloignent de l’éventualité de vivre un jour dans le monde du célèbre roman de Georges Orwell, 1984. Jan Vobořil :

Jan Vobořil, photo: YouTubeJan Vobořil, photo: YouTube « C’est l’association Czmix qui a reçu le prix de la protection de l’espace privé pour son projet qui offre la possibilité de partager diverses informations sur des cyberattaques, de mettre en valeur ces informations et ainsi de mieux protéger les réseaux informatiques des particuliers. »

Les nouvelles technologies facilitent l’intrusion dans la vie privée des gens. Les Etats surveillent plus facilement leurs nationaux tandis que les entreprises privées peuvent collecter des données des utilisateurs de différents services et notamment des réseaux sociaux. Un apprentissage pour maîtriser ces technologies et protéger ses données personnelles est nécessaire pour Jan Vobořil, qui constate à regret que la prise de conscience du phénomène est lente et fastidieuse.

« D’un certain côté, les choses s’améliorent. Il y a une partie des gens qui ont pu avoir une expérience de malversation de leurs données privées et qui prêtent désormais attention à la question et essayent de se protéger. Mais une autre partie de l’opinion publique ne s’intéresse pas du tout à la question de la vie privée et est prête à la sacrifier contre n’importe quoi. »

Les documents dont disposent le lanceur d’alerte Edward Snowden sur les pratiques des services de renseignement américains devraient nous en apprendre plus cette année sur les atteintes à nos vies privées. L’édition 2014 des Big Brothers Awards ne manquera certainement pas d’inspiration.

17-01-2014