Coronavirus : une société tchèque développe un masque de protection révolutionnaire

31-01-2020

Alors que l’épidémie de coronavirus continue de se diffuser un peu partout dans le monde, et que depuis une semaine des dizaines de millions de Chinois sont confinés dans les villes mises en quarantaine ou restent enfermés chez eux, une société tchèque spécialisée dans les nanotechnologies a annoncé, jeudi, qu’elle s’apprêtait à produire un nouveau masque qui protègera efficacement des virus respiratoires.

Photo: ČTK / Václav ŠálekPhoto: ČTK / Václav Šálek Pour l’heure, c’est toujours davantage l’épidémie de grippe saisonnière qui inquiète les autorités sanitaires et le personnel médical en République tchèque. Ce vendredi, dans trois régions (de Pardubice, d’Ústí nad Labem et de Zlín), les hôpitaux ont interdit les visites, le nombre de malades étant considéré comme trop important. Et puisque, pour ce qui est du coronavirus, aucun des tests effectués sur trente-quatre personnes ne s’est avéré positif, c’est donc davantage en raison de cette propagation de la grippe que le ministre de la Santé, Adam Vojtěch, a annoncé, ce vendredi, qu’au moins 200 000 nouveaux masques de protection, en rupture de stock ces derniers jours dans de nombreuses pharmacies en raison de l’afflux des clients, seront mis en vente dans les semaines à venir.

D’ici-là, le nouveau masque de Respilon Group devrait être lui aussi disponible sur le marché. Cette société basée à Brno (Moravie du Sud) développe actuellement, en coopération avec une société israélienne, un masque censé protéger efficacement de l’ensemble des virus respiratoires. Son directeur, Roman Zima, explique pourquoi :

Roman Zima, photo: ČTK / Václav ŠálekRoman Zima, photo: ČTK / Václav Šálek « C’est une solution unique en raison de la combinaison d’oxyde de cuivre et de nano fibres. C’est un masque qui permettra effectivement de combler un manque sur le marché. Je pense pouvoir dire que ce sera une révolution positive sur le champ de la protection des civils face aux maladies. »

Quel que soit leur type, et qu’il s’agisse d’une protection à sens unique ou double qui filtre l’air inhalé et rejeté, les masques respiratoires classiques en papier ou en coton les plus couramment utilisés et que l’on a vu fleurir un peu partout ces derniers jours, ne sont utiles que pour les personnes porteuses de maladies comme les rhumes ou la grippe. Leur port les empêche alors de diffuser les particules autour d’elles et ainsi de contaminer les autres. En revanche, même lorsqu’ils sont équipés d'un dispositif de filtration des poussières et des agents pathogènes, ces masques, principalement utilisés par les personnels de santé, ne protègent pas ou peu les populations non malades.

Photo: ČTK / Václav ŠálekPhoto: ČTK / Václav Šálek Inversement, le nouveau masque doit donc permettre non seulement de retenir le virus mais aussi de le détruire, précisément grâce à l’action conjointe de l’oxyde de cuivre puis des nano fibres. Son prix de vente devrait se situer entre deux et cinq dollars et l’ambition de Respilon est bien entendu de ne pas limiter son accès à la seule République tchèque, comme le confirme Roman Zima :

« Notre volonté est de nous concentrer sur le marché mondial. C’est d’ailleurs pour l’instant une de nos priorités, puisque nous cherchons de réseaux de distribution qui permettront de rendre le masque accessible au plus grand nombre. Mais dans un premier temps, la principale source d’approvisionnement sera notre e-shop. »

Toujours selon le directeur de Respilon, société qui ne compte que quatorze employés mais coopère avec des entreprises et des universités du monde entier, le matériau et le filtre ne sont pas les seuls éléments importants. La forme du masque l’est tout autant, puisque les virus peuvent s’infiltrer sur les côtés du visage. La nouveauté tchéco-israélienne, dont le lancement de la production est espéré d’ici à deux semaines, devrait donc là aussi empêcher de laisser passer l’air non filtré.

31-01-2020