Covid-19 : la région minière de Karviná désormais principal foyer de contamination en Tchéquie

26-05-2020

Alors que la vie en République tchèque revient peu à peu à la normale, avec notamment la réouverture, ce lundi, des restaurants et des hôtels, ainsi que le retour partiel des enfants à l’école, le déconfinement n’est pas à l’ordre du jour dans la région minière de Karviná, en Moravie-Silésie, où un foyer de contamination au Covid-19 a été identifié il y a une dizaine de jours : un dépistage collectif a révélé plus de 200 cas d’infection parmi les employés de la mine de Darkov, où l’activité d’extraction a été suspendue en début de semaine.

La mine de Darkov, photo: ČTK/Jaroslav OžanaLa mine de Darkov, photo: ČTK/Jaroslav Ožana En dépit des mesures d’hygiène que l’entreprise publique OKD, premier producteur de houille dans le pays, a mises en place dans ses mines dès le mois de mars, le nouveau coronavirus a commencé à se propager, en avril déjà, parmi les mineurs dans le nord-est de la Tchéquie. La campagne de tests à grande échelle a révélé, ces derniers jours, 239 cas d’infection, parmi lesquelles notamment les employés de la mine de Darkov, qui compte au total 1 800 salariés. Selon le service d’hygiène local, plus de 50% des personnes testées positives, parmi lesquelles on trouve également les membres des familles des mineurs, étaient asymptomatiques et 40% avaient des symptômes bénins comme par exemple une simple fatigue. La plupart des personnes malades sont âgées de 25 à 55 ans.

Le dépistage est compliqué par le fait que les mines de la région embauchent de la main d’œuvre étrangère, comme l’explique Martin Knitl, reporter de l’antenne locale de la Radio publique :

La mine de Darkov, photo: ČTK/Vladimír PryčekLa mine de Darkov, photo: ČTK/Vladimír Pryček « La mine de Darkov emploie non seulement des ouvriers locaux, mais aussi d’autres qui viennent de Slovaquie et de Pologne, ainsi que les travailleurs transfrontaliers qui habitent toujours là-bas. Ils ont tous leurs familles et connaissances… Voilà pourquoi les services d’hygiène n’ont pas pu identifier l’origine de ce foyer d’infection. Il s’avère aussi difficile de contacter toutes les personnes potentiellement contaminées : vendredi dernier, les autorités étaient à la recherche d’une trentaine de mineurs qu’elles ne pouvaient pas joindre. »

Ce lundi, les autorités régionales ont décidé de la mise en veille de l’activité d’extraction du charbon à la mine de Darkov. Pourtant, la mine n’est pas totalement fermée. Martin Knitl :

La mine de Darkov, photo: ČTK/Vladimír PryčekLa mine de Darkov, photo: ČTK/Vladimír Pryček « Les mines où l’extraction a été suspendue doivent toutefois être entretenues et surveillées par des dizaines de personnes qui assurent le maintien de la ventilation et du pompage de l’eau. Une mine ne peut pas être complètement abandonnée. »

Dans les autres mines de la région, exploitées par l’entreprise OKD, un strict régime d'hygiène reste en vigueur. Même si les autorités d’ont pas opté pour la mise en quarantaine de la région, la vie y est fortement impactée par l’épidémie : certaines écoles maternelles y ont été fermées ces derniers jours et les visites dans les hôpitaux et maisons de retraite demeurent interdites.

26-05-2020