Des étudiants du monde entier à Prague pour un programme d’été

21-07-2017

Américains, Chypriotes ou encore Kazakhs, 114 étudiants des quatre coins du monde passent cet été trois semaines à Prague dans le cadre d’un programme organisé par une ONG américaine et l’Université Charles. Radio Prague vous en dit plus.

Photo illustrative: TFAS InternationalPhoto illustrative: TFAS International La semaine dernière se jouait un drôle de jeu dans l’enceinte du Sénat, à Prague : une centaine d’étudiants âgés de 19 à 27 ans y débattaient en anglais de la résolution du conflit irakien. Une simulation réalisée dans le cadre du programme AIPES, l’Institut américain sur les systèmes politiques et économiques, qui se tient tous les étés dans la capitale tchèque depuis 1993. C’est l’ONG TFAS, le Fonds pour les études américaines, qui l’organise. Elle vise à propager l’idéologie libérale, comme l’explique une des responsables du programme, la slovaque Lenka Hlavacova :

« Le Fonds pour les études américaines est vraiment une organisation qui fait la promotion de l’économie et du marché libre, du libertarianisme. On défend l’idée de donner le pouvoir aux gens. »

Si diffuser cette idéologie est l’objectif du programme, ce n’est pas le facteur qui pousse les étudiants à y candidater, comme nous l’explique Nay, jeune libanaise :

« Personnellement, le programme m’a beaucoup plus intéressée pour l’expérience en tant que telle. Le contenu des cours, personne ne va le retenir de la même façon. Oui, on va parler du marché libre, oui c’est intéressant. Mais moi j’ai voulu faire ce programme surtout pour l’expérience. Les jeunes veulent ça, ils ont envie d’avoir cette opportunité d’aller à l’étranger, ce n’est pas rien, c’est cool. »

La semaine, les étudiants passent leurs journées au sein de la Faculté d’économie de l’Université Charles. Au programme des cours, outre l’économie libérale, les étudiants s’intéressent également à la résolution des conflits, un sujet pas évident à traiter, selon Lenka Hlavacova :

« De temps en temps c’est difficile. On a toujours eu un petit peu de tensions entre des étudiants du monde arabe et des étudiants israéliens. Mais à la fin du programme, l’idée c’est que les gens sont les mêmes partout. Ils trouvent toujours un moyen, pas de se mettre d’accord sur un sujet qu’on ne peut pas vraiment résoudre dans le monde, mais d’accepter l’opinion des autres, et c’est cela qui est important. »

Une opportunité de découvertes et d’échanges que Nay apprécie beaucoup. Egalement charmée par la ville de Prague, elle se montre un peu moins enthousiaste quant aux Tchèques rencontrés :

« Les étrangers qui sont à Prague sont très sympas. Mais les Tchèques ne t’aiment pas trop quand tu parles anglais, parce qu’ils savent que tu es un touriste. Je généralise, c’est mon expérience, peut-être que les Tchèques sont très sympas. »

Durant leurs trois semaines à Prague, les étudiants pourront également découvrir la République tchèque et les pays alentours. Dimanche dernier, ils ont visité le camp de concentration de Terezín. Ce dimanche, ils iront cette fois passer la journée à Vienne.

21-07-2017