JO Vancouver : Martina Sáblíková, la petite fée des étangs de Moravie

09-02-2010

Avant l’ouverture des Jeux olympiques de Vancouver, vendredi, la République tchèque espère faire au moins aussi bien qu’à Turin il y a quatre ans et ramener quatre médailles au pays. Les principaux espoirs de podium et de victoire reposent sur les épaules de Martina Sáblíková, spécialiste d’une discipline, le patinage de vitesse, inexistante dans le pays avant son éclosion au plus haut niveau.

Martina Sáblíková, photo: Bjarte Hetland, CC BY-SA 3.0Martina Sáblíková, photo: Bjarte Hetland, CC BY-SA 3.0 Dans un supplément spécial consacré à la XXIe olympiade d’hiver et publié mardi, le quotidien Mladá fronta Dnes compare les attentes placées en Martina Sáblíková en République tchèque à celles que pourraient avoir les Esquimaux si leur équipe de football, s’il en existait une, était favorite de la prochaine Coupe du monde en Afrique du Sud. La comparaison est assurément exagérée mais donne, malgré tout, une idée du phénomène et du paradoxe que représente Martina Sáblíková.

Dans un pays où le hockey sur glace est le sport roi en hiver et où le patinage artistique possède une solide tradition, le patinage de vitesse est, lui, curieusement, longtemps resté absent du paysage sportif en République tchèque. Avant la découverte par le grand public de Martina Sáblíková à Turin en 2006, un seul Tchèque s’était d’ailleurs qualifié pour les Jeux olympiques pour ensuite échapper à la dernière place uniquement grâce à la chute d’un autre concurrent. Et aujourd’hui encore, malgré les exploits répétés de Martina Sáblíková, déjà élue deux fois Sportif tchèque de l’année en 2007 et 2009, la République tchèque ne possède toujours aucun anneau de glace artificiel et couvert propice à la pratique de la discipline. Du coup, même si elle multiplie désormais les stages d’entraînement à l’étranger, celle qui a longtemps été présentée comme la Cendrillon du patinage de vitesse par les médias pragois s’entraîne encore parfois sur les étangs gelés de sa Moravie natale.

Des conditions qui ne l’ont toutefois pas empêchée de se bâtir un des plus beaux palmarès du sport tchèque, toutes disciplines confondues, en l’espace seulement de quatre saisons et à seulement 22 ans. Triple championne en monde du 5 000 mètres, une distance dont elle est également la recordwoman, championne du monde en titre du 3 000 mètres et du combiné, triple vainqueur du classement général de la Coupe du monde sur longues distances (3 000 et 5 000 mètres), Martina Sáblíková sera donc incontestablement le principal espoir de médaille tchèque à Vancouver. La liste de ses succès est d’ailleurs si longue que le site officiel des Jeux indique en bas de page avoir volontairement omis certains résultats.

Battue une seule fois sur 5 000 mètres ces trois dernières saisons, elle sera notamment l’immense favorite sur la distance. Mais elle le sera aussi, à un degré moindre, sur 3 000 mètres. Et Martina Sáblíková, modèle de modestie, a beau affirmer, comme pour se protéger de la pression, qu’elle sera satisfaite de toute médaille remportée, quel qu’en soit le métal, elle n’est pas non plus sans savoir qu’elle pourrait bien devenir la première athlète tchèque, hommes et femmes confondus, à remporter deux médailles d’or à des JO d’hiver. Si tel était le cas, le petit monde du sport tchèque ne devrait pas chercher plus loin pour l’élection du prochain Sportif de l’année.

09-02-2010