La découverte de trois palais romans dans le centre de Prague modifie l'histoire de la capitale

29-07-2005

Une découverte archéologique exceptionnelle réalisée lors des travaux de construction d'un complexe commercial dans le centre de Prague modifie complètement la vue sur l'histoire médiévale de la capitale.

Trois palais romans datant du XIIe siècle ont été découverts sur la place de la République, dans le cadre d'une fouille archéologique préventive qui précède la construction d'un complexe commercial. La découverte a été qualifiée comme la « plus précieuse de ces derniers temps » par Zdenek Dragoun, archéologue de l'Institut de protection du patrimoine. Les fouilles ont mis à jour un palais roman et deux maisons d'habitation ayant probablement appartenu à un riche commerçant. La salle monumentale du palais, aux voûtes d'arête reposant sur trois colonnes, n'a pas d'équivalent à Prague. Les archéologues ont également trouvé les vitraux les plus anciens provenant d'une construction non sacrale, près d'un millier de pièces de monnaie et une bague en or qui constitue le plus vieux témoignage de l'existence d'une communauté juive à Prague.

Les fondations du palais devraient faire partie intégrante du nouveau complexe commercial. Veronika Kozova, de la société d'investissements Palladium, précise :

« Les trouvailles seront rendues accessibles au public au moment de l'ouverture du centre qui est prévue pour l'automne 2007. »

La trouvaille modifie le regard sur l'histoire médiévale de la capitale. Elle fournit la preuve que Prague à l'époque romane occupait une surface beaucoup plus grande et qu'une cité se situait déjà sur cet emplacement avant la seconde moitié du XIVe siècle, lorsque Charles IV a décidé de la création de la Nouvelle-Ville. Or, les riches commerçants auxquels les résidences romanes appartenaient ont fait un mauvais choix, affirme l'architecte Dragoun. Au début du XIIIe siècle, ces résidences ont dû céder la place aux fortifications entourant la Vieille-Ville.

L'emplacement d'anciennes casernes austro-hongroises est riche d'autres monuments, dont les vestiges d'un hôpital gothique, de maisons de style Renaissance et du couvent des Capucins datant du XVIIe siècle. Pas étonnant dès lors que sa transformation en un immense centre commercial qui occupera une superficie de 120 000 m2 avec plus de 200 boutiques et restaurants et des parkings souterrains pour plus de 900 voitures, a suscité une vague de protestations auprès des organisations civiques. Celles-ci craignent surtout une atteinte grave à l'environnement et au génie de la vieille ville.

29-07-2005