La "mafia" des taxis pragois

14-01-2005

Touristes étrangers en visite à Prague, attention ! De nombreux chauffeurs de taxi sont des escrocs. Tout au long de la semaine, le journal Mlada fronta Dnes a mené une enquête sur les pratiques de gangster en cours dans la capitale. Le scandale a atteint son paroxysme vendredi, lorsque le quotidien le plus vendu dans le pays a publié en première page une photo du maire de Prague déguisé en touriste italien avec le titre suivant : « Des chauffeurs de taxi ont volé le maire de Prague ».

Vingt-six euros au lieu de quatre. C'est la somme qu'un chauffeur de taxi a facturée au maire de Prague, Pavel Bém, pour une simple course entre la place de la Vieille-ville et le Château. Ce trajet, long de trois kilomètres, est emprunté par une majorité des quelque quatre millions de touristes qui se rendent chaque année dans la capitale tchèque. Peu après que Paval Bém soit monté dans le véhicule, le chauffeur met en marche son taximètre équipé d'un système dit « turbo ». Ce système, illégal, enregistre une distance de voyage supérieure à celle réellement parcourue en faisant tourner le compteur plus vite, déterminant ainsi un montant total à payer plus important. Bien que choqué par l'ampleur de « l'arnaque », le maire de Prague règle malgré tout le chauffeur et lui demande un reçu. Mais une nouvelle mauvaise surprise l'attend : sur le ticket, la chauffeur indique le nom d'une société inexistante, invente un numéro de téléphone et ne remplit pas les colonnes réservées au prix et aux lieux de départ et d'arrivée de la course effectuée.

Pour achever de convaincre Pavel Bém de l'ampleur du problème, le journal lui propose d'effectuer le même trajet dans le sens inverse et dans un autre taxi. Tout se passe en bonne et due forme jusqu'à l'arrivée sur la place de la Vieille-ville. Le chauffeur lui indique alors 134 couronnes, quatre euros, une somme correspondant à la distance parcourue et au temps passé dans le véhicule. Mais lorsque son passager veut payer en euros, c'est dix euros que le conducteur de la voiture réclame !

Le maire Pavel BémLe maire Pavel Bém Mardi et mercredi derniers, les journalistes de Mlada fronta Dnes ont effectué huit trajets en taxi, six à Prague et deux autres dans deux villes de province, toujours en se faisant passer pour des touristes étrangers. Six fois, les chauffeurs leur ont facturé des sommes largement supérieures à celles conseillées préalablement par téléphone par d'autres agences réputées pour leur sérieux et leur correction.

Avant d'être victime lui-même des pratiques des chauffeurs des taxis hélés dans le centre-ville, Pavel Bém affirmait que, grâce aux contrôles sévères mis en place par la municipalité, seul un trajet sur cinq était désormais majoré dans la capitale contre les deux tiers voilà encore deux ans et demi. Dindon de la farce comme des milliers d'étrangers chaque année, le maire de Prague n'a donc plus qu'à revoir ses chiffres tout en méditant sur l'efficacité et la bonne volonté de ses "contrôleurs".

14-01-2005