La République tchèque condamne fermement l’essai nucléaire nord-coréen

13-02-2013

La Corée du Nord a procédé au troisième essai nucléaire de son histoire. D’après le ministère tchèque des Affaires étrangères, ce test menace gravement la paix et la stabilité dans la région et entre en flagrante violation des accords internationaux ainsi que des résolutions de l’ONU. La diplomatie tchèque ajoute que ce test est un acte irresponsable et motivé politiquement.

Photo: CTKPhoto: CTK Le nouvel essai nucléaire nord-coréen a provoqué une série de réactions au niveau international. L’ensemble des capitales a condamné la Corée du Nord, Moscou, Pékin et Téhéran y compris. L'Union européenne a évoqué un défi face régime de non-prolifération, tandis que le président américain Barack Obama a qualifié l'essai nucléaire de « provocateur ».

La diplomatie tchèque a également fermement condamné l’acte commis par le régime de Pyongyang, mais maintient que l’heure n’est pas à l’alarmisme. Il faut rappeler que la République tchèque, contrairement aux Etats-Unis, entretient des relations diplomatiques avec la Corée du Nord. Les liens sont néanmoins radicalement différents que lors de la période communiste en Tchécoslovaquie. Le dirigeant Kim-Il Sung avait visité officiellement la Tchécoslovaquie en 1956 et en 1984 tandis que les présidents tchécoslovaques Antonín Novotný et Gustav Husák s’étaient rendus à Pyongyang en 1959 et en 1988. Après 1989, la Corée du Nord avait rapatrié 800 de ses citoyens de Tchécoslovaquie, principalement des étudiants, sans pour autant rompre ses relations diplomatiques. Photo: CTKPhoto: CTK Actuellement le déterminant principal des relations entre la Corée du Nord et la République tchèque est la dette contractée par Pyongyang envers Prague. D’après des informations du ministère des Affaires étrangères tchèque, la dette de la Corée du Nord envers la République tchèque serait d’environ 4 milliards de dollars. La dette a été contractée avant la révolution de velours. La République tchèque tente depuis plusieurs années de récupérer cette dette à l’aide de plusieurs accords bilatéraux conclus dans les années 2000.

La menace militaire immédiate de la Corée du Nord n’est pas mise en avant par la plupart des observateurs présents dans la région. L’ambassadeur tchèque en poste à Séoul, Jaroslav Olša, n’a pas perçu de nervosité particulière au sein de la rue sud-coréenne qui serait directement menacée en cas de conflit avec son voisin. L’ambassadeur relativise les dangers liés à ce nouvel essai nucléaire.

Jaroslav Olša, photo: MZVJaroslav Olša, photo: MZV « La situation s’est assurément dégradée mais cela ne devrait vraisemblablement pas mener vers un conflit de grande ampleur, cela va rester sur le terrain diplomatique. De telles provocations réciproques sont relativement courantes. »

Pour le spécialiste tchèque de la Corée, Jaromír Chlada, les motivations de cet essai nucléaire sont autant intérieures qu’extérieures :

Jaromír Chlada, photo: Šárka Ševčíková, ČRoJaromír Chlada, photo: Šárka Ševčíková, ČRo « Si l’on observe la niveau de vie de la Corée du Nord, on se rend compte qu’il est comparable à celui des pays africains, c’est l’un des pays les plus pauvres de la planète et il jouit malgré tout d’une publicité mondiale, les grandes puissances comme la Chine, les Etats-Unis et la Corée du sud ne l’ignorent pas. L’autre raison est à rechercher dans la politique intérieure nord-coréenne. Les Etats-Unis jouent le rôle de l’ennemi commun pour le peuple nord-coréen et cela entretient la cohésion nationale. »

La fermeté de la diplomatie tchèque face à la Corée du Nord s’inscrit dans un contexte où la condamnation internationale est unanime. Il ne devrait donc pas y avoir un brusque changement dans les relations entre les deux pays.

13-02-2013