La Tchéquie à la recherche de cadres étrangers

04-11-2003

Michal Meduna du ministère des Affaires étrangères (Photo: CTK)Michal Meduna du ministère des Affaires étrangères (Photo: CTK) Nos auditeurs se souviennent du lancement, par le gouvernement tchèque, d'un projet destiné à attirer vers la Tchéquie des cadres étrangers à qui est facilité le séjour et le travail. Une base de données qui collecte les offres vient de choisir les 75 premiers élus. Ils sont 56 Bulgares, 15 Kazakhs, et 4 Croates. Ils ont désormais la possibilité de vivre et de travailler en Tchéquie, et, s'ils le désirent, d'obtenir, au bout d'un an et demi, une carte permanente de séjour.

Ils sont 88 à avoir fait leur demande, parmi lesquels, les choix par sexes se ramènent à 41 femmes et 34 hommes. Le plus jeune des candidats est né en 1981 et le plus âgé a 58 ans. Le classement par spécialité donne 22 techniciens, 9 managers, 8 cadres de la santé, 6 artistes, 3 chercheurs et 3 informaticiens. Les choix sont faits en fonction de l'âge, la formation, l'expérience, les connaissances linguistiques et l'origine. La République tchèque ne règle aux intéressés ni l'emploi, ni le logement, ni les formalités pour le visa. Ces formalités, ils doivent les régler eux-mêmes. Ce n'est qu'après avoir trouvé du travail qu'ils s'annoncent au service concerné.

Les Organisateurs de ce projet tablent sur 300 cadres étrangers pour cette année. Même s'agissant d'une offre s'adressant à des étrangers, jusqu'à présent, toutes les demandes ont été déposées directement en Tchéquie, alors qu'il est aussi possible de s'adresser aux services consulaires et ambassades tchèques. Les organisateurs s'attendent à ce qu'il y ait plus de demandes à l'étranger. Et si le nombre de candidats est insuffisant, la demande sera élargie à de nouvelles spécialités et d'autres pays, disent les responsables du projet.

Enfin, ce projet est échelonné sur cinq ans et s'intitule : "Choix actif de travailleurs étrangers qualifiés" ; il est préparé par le ministère du Travail et des Affaires sociales, avec la collaboration des Affaires étrangères et du ministère de l'Intérieur.

04-11-2003