La vague Martinů déferlera sur le monde de la musique

05-12-2008

Le compositeur tchèque Bohuslav Martinů est né en 1890, et il est mort en 1959. C’est l’année prochaine que tombe donc le 50e anniversaire de sa mort et, en 2010, nous célébrerons le 120e anniversaire de sa naissance. Les deux anniversaires ont donné au directeur de l’Institut Martinů Aleš Březina l’idée d’organiser un projet ambitieux qu’il a intitulé «Martinů Revisited».

Aleš Březina, photo: Martina SchneibergováAleš Březina, photo: Martina Schneibergová Tandis que le compositeur Leoš Janáček est aujourd’hui très connu dans le contexte international, nous avons toujours une grande dette vis-à-vis de l’œuvre de Bohuslav Martinů, une autre personnalité majeure de la musique tchèque du XXe siècle. C’est donc une des raisons pour lesquelles Aleš Březina a lancé un projet qui a provoqué l’effet « boule de neige » et est devenu planétaire :

«C’est un projet qui s’étend sur deux années et qui se propose d’inspirer, d’organiser et de rassembler, d’une certaine façon, les informations sur toutes les activités concernant Bohuslav Martinů et son œuvre au cours de ces deux années. (…) Nous avons initié toute une série d’importantes manifestations qui figureront, entre autres, aux programmes des festivals Printemps de Prague 2009 et 2010, mais aussi à d’autres festivals tchèques et moraves. J’aimerais mentionner aussi le projet musical et éducatif Špalíček dans le cadre duquel 160 élèves d’écoles primaires et secondaires de Prague préparent déjà un spectacle composé des scènes choisies du ballet Špalíček – l’Année tchèque de Bohuslav Martinů.»

L’ampleur de ce festival Martinu sera immense, et il est évident qu’un projet de cette importance ne pourrait pas être organisé que par l’Institut Martinů qui se réserve donc plutôt le rôle d’initiateur des activités de toute une série d’institutions culturelles tchèques et étrangères. Parmi les pays qui se sont joints à cette initiative, il y a notamment la Suisse, pays où Bohuslav Martinu avait passé la dernière partie de sa vie. Aleš Březina précise:

«C’est l’Association Bohuslav Martinů en Suisse et son directeur Bohumír Kolínský qui ont le grand mérite d’avoir initié ce projet suisse. Bohumír Kolínský s’est adressé à toutes les maisons d’opéra en Suisse en leur proposant de monter dans le cadre de la saison Martinů une oeuvre lyrique de ce compositeur. Il a réussi dans cinq théâtres. Ainsi, entre 2008 et 2012, seront montées en Suisse au total cinq productions d’opéras de Martinů dans cinq théâtres lyriques différents dont ‘La Passion grecque’ à l’Opéra de Zurich et ‘Juliette’ à l’Opéra de Genève. »

La vague Martinu déferlera également sur les grands orchestres symphoniques du monde. Selon Aleš Březina, dans les saisons 2009 et 2010, pratiquement tous les meilleurs orchestres de la planète adopteront dans leur répertoire des oeuvres de ce grand artiste tchèque. Les orchestres philharmoniques de New York, de Berlin, de Vienne, l’Orchestre symphonique de la BBC et d’autres formations prestigieuses rendront hommage au compositeur dont l’œuvre d’une profondeur et d’une diversité exceptionnelles sera sans doute une révélation pour les publics de nombreux pays.

05-12-2008