Le 43e anniversaire de la fin d’un espoir

22-08-2011

43 ans se sont écoulés depuis l’invasion des troupes du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie venues pour écraser par les tanks le Printemps de Prague. Le régime soviétique ne pouvait pas tolérer ce mouvement de libéralisation dont les artisans se proposaient de créer un socialisme à visage humain. A l’occasion de ce triste anniversaire ont eu lieu, ce dimanche, des rassemblements et des cérémonies commémoratives à Prague et dans plusieurs villes tchèques.

Août 1968Août 1968 Au moment de l’invasion et pendant les jours suivants, la radio est devenue la source principale d’informations et symbole de la résistance contre l’occupant.

« Les tirs n’ont cessé qu’il y a cinq minutes. Les habitants désirent empêcher par leurs corps la prise du bâtiment de la radio par les soldats… », disait une speakerine de ce temps-là. C’est l’avenue Vinohradská devant la maison de Československý rozhlas (Radio publique tchécoslovaque) qui a été le théâtre d’une des confrontations les plus tragiques entre les soldats soviétiques et la population tchèque. Quinze personnes y ont perdu la vie. La maison de Československý rozhlasLa maison de Československý rozhlas Plusieurs habitants ont été fusillés dans la rue devant la radio, d’autres ont été tuées lors de l’incendie d’une maison et de l’explosion d’un tank soviétique. 43 ans après, environ 200 personnes sont venues assister à une cérémonie à la mémoire de ces victimes. Parmi elles se trouvait aussi Miroš Svatoň, ingénieur du son qui avait assuré l’émission du matin et puis aussi pendant toute la journée du 21 août.

Photo: CTKPhoto: CTK Dans une déclaration lancée à l’occasion du 43e anniversaire de l’occupation soviétique, le premier ministre Petr Nečas constate que les temps ont changés et qu’à l’heure actuelle nous devons faire face à des dangers différents. « Aujourd'hui le risque n'est plus une invasion d'armées 'alliées' mais une invasion de manifestations de radicalisme, de haine et d'extrémisme, » souligne le chef du gouvernement tchèque et constate que les extrémismes de divers genres peuvent aujourd’hui ou dans un proche avenir mettre en danger la liberté et la démocratie.

Le monument aux victimes du 21 août 1968 à LiberecLe monument aux victimes du 21 août 1968 à Liberec Les cérémonies commémoratives du 21 août ont eu lieu aussi dans d’autres villes du pays. Dans la ville de Liberec en Bohême du nord, les participants se sont réunis devant le monument aux victimes de l’occupation près de l’Hôtel de ville. Miroslav Bernady, un homme ayant été grièvement blessé en 1968 par les occupants, a évoqué à cette occasion les circonstances dans lesquelles le monument des neuf victimes de l’occupation avait été créé :

« Créer un monument aux victimes du 21 août 1968 est une idée que je portais dans mon cœur depuis l’invasion. Elle n’a été toutefois réalisable qu’à partir de la révolution de 1989. J’étais membre du Forum civique, mouvement principal de la révolution de velours et nous avons lancé une collecte de bronze, de cuivre, d’étain et de choses de ce genre … »

Entre août et décembre 1968 l’occupation a coûté la vie à 108 personnes et des centaines de personnes ont été grièvement blessées. Elle a déclanché une importante vague d’émigration politique. La Tchécoslovaquie a perdu une grande partie de ses élites intellectuelles et son développement intellectuel et économique s’est pratiquement arrêté. Les habitants se sont en général réfugiés dans une sorte d’exil intérieur. Le régime arbitraire mis en place par les collaborateurs tchèques avec l’occupant a plongé le pays dans la passivité et l’apathie, caractéristiques pour la période, dite de la « normalisation ». L’occupation de la Tchécoslovaquie par l’armée soviétique a duré 23 ans.

22-08-2011