Le programme de retours volontaires bientôt destiné aussi aux étrangers en situation irrégulière

28-07-2009

Depuis le 16 février dernier près de 1900 travailleurs étrangers licenciés sont repartis dans leur pays avec une aide du gouvernment tchèque, qui proposait jusqu’ici de payer le billet d’avion ainsi que 500 euros par adulte et 250 par enfant. Depuis lundi, la première phase de ce "programme de retours volontaires" est terminée et la deuxième phase, qui concernera également les étrangers en situation irrégulière, va se poursuivre jusqu’au mois de décembre.

1871 personnes, dont les deux tiers étaient des ressortissants mongols ont quitté le territoire tchèque dans le cadre ce projet entre février et juillet 2009. Une première phase qui a coûté 60,2 millions de couronnes, soit près de 2,5 millions d’euros.

La deuxième phase, également réalisée en coopération avec la police, l’administration des centres pour réfugiés, l’OIM et des ONG, est estimée par le ministère de l’Intérieur à environ 2 millions d’euros et est prévue pour 4000 personnes, qui recevront désormais moins d’argent : 300 euros par adulte, 150 par enfant, mais toujours un billet d’avion avec une nuit d’hébergement gratuite la veille du vol.

La nouveauté est qu’à partir du 15 septembre prochain, les étrangers en situation irrégulière pourront aussi s’inscrire, mais eux ne recevront pas d’argent. Ils seront aussi interdits de séjour sur le territoire tchèque pour une durée relative à la durée de leur séjour illégal. Tomas Haišman est en charge du programme au ministère de l’Intérieur :

« Nous allons lancer une campagne d’information, nous donnons une chance à ces gens. C’est encore comme pendant la première phase, nous leur tendons la main, mais après nous ne la tendrons plus et elle en sera d’autant plus ferme... »

...ce qui veut dire concrètement qu’après la fin de ce programme, les étrangers en situation irrégulière seront expulsés selon le processus classique.

Beaucoup de ressortissants de pays hors-UE qui ne souhaitent pas partir ont choisi d’obtenir une licence professionnelle, ce qui leur permet de devenir entrepreneur et de rester légalement grâce à un visa d’affaires, délivré aujourd’hui plus facilement qu’un visa de travail.

Mais d'après Jaroslav Salivar, vice-ministre de l’Intérieur, les étrangers devraient être encore nombreux à vouloir rentrer chez eux avec une aide financière :

« Justement parce que la première phase a fonctionné. Il y a un intérêt, et les conséquences de la crise économique pourraient empirer avec la fin du travail saisonnier. Nous pensons que d’autres travailleurs vont être intéressés. »

Le programme de retours volontaires s’achève le 15 décembre 2009.

28-07-2009