L'élargissement du projet pilote « Migration légale » et ses premières expériences

01-07-2005

En 2003, le ministère du Travail et des Affaires sociales a mis en oeuvre un projet pilote qui a pour but d'attirer les travailleurs qualifiés des pays hors Union européenne en Tchéquie. Le 1er juillet, ce projet s'étend à la Serbie, au Monténégro et au Canada.

L'objectif du projet qui s'appelle « Migration légale - une chance ouverte » est de faire venir en Tchéquie des spécialistes qualifiés qui veulent travailler en toute légalité en République tchèque et s'y installer avec leurs familles. D'ici trois ans, le projet doit être ouvert à tous les pays du monde hors Union européenne. Lucie Sladkova, directrice de l'Organisation internationale pour la migration précise :

« Le projet a plusieurs niveaux : le marché du travail tchèque manque de travailleurs qualifiés, voilà pourquoi il fait appel à l'immigration. Le deuxième niveau est démographique - la population tchèque vieillit. Le troisième, le plus important, est politique : par ce projet, la Tchéquie créé sa nouvelle politique d'immigration. Elle est le premier des nouveaux pays de l'UE à mener cette politique et son expérience suscite un intérêt énorme auprès des autres membres de l'UE. »

Photo: Commission EuropéennePhoto: Commission Européenne Le choix des travailleurs se fait sur la base d'une procédure qui demande le niveau d'instruction, l'expérience, et la connaissance de langues nécessaires. Le projet permet aux étrangers d'obtenir un permis de résidence après deux ans et demi de travail en Tchéquie, alors que la durée habituelle est de dix ans. Depuis le 1er juillet, le projet est ouvert à huit pays : à part les trois nouveaux-venus - la Serbie, le Monténégro et le Canada, c'est la Bulgarie, le Kazakhstan, la Moldavie, la Croatie et la Biélorussie. Vladzimir Lebedzeu de Biélorussie est l'un des trois cents nouveaux travailleurs embauchés. Il s'est inscrit au projet en avril dernier et aujourd'hui, il dirige une petite entreprise dans le domaine des services. Quels étaient ses motifs pour venir en Tchéquie et son conseil à donner aux autres intéressés ?

« J'ai commencé mes études supérieures en Biélorussie, mais puisque la situation politique, les perspectives d'avenir, n'étaient pas très bonnes, j'ai décidé de quitter le pays et aller à Prague. Pendant mes études, j'ai eu l'occasion de travailler en Allemagne et j'ai pensé m'installer là-bas. Mais après avoir pris connaissance du projet, ma décision de rester en République tchèque était prise, définitivement. Pour d'autres intéressés, j'ai un seul conseil : ne pas se laisser décourager, surmonter tous les obstacles, surtout celui des visas, cela vaut vraiment la peine. »

01-07-2005