L’exemption de visas pour l’Ukraine : « un événement symbolique »

13-06-2017

Depuis dimanche dernier, les ressortissants de l'Ukraine peuvent voyager en République tchèque sans visas. L’UE a en effet décidé d'exempter les Ukrainiens de cette obligation pour entrer dans l’espace Schengen. Cependant, l'abolition ne concerne que des visas de court séjour qui n’autorisent pas leurs détenteurs de travailler et de résider sur le territoire européen. Cette situation suscite un vif débat en République tchèque, un pays très populaire auprès des travailleurs ukrainiens.

Photo illustrative: Jacqueline macou, Pixabay, CC0Photo illustrative: Jacqueline macou, Pixabay, CC0 « Je suis très content que l’Ukraine ait rempli toutes les conditions nécessaires pour l’abolition de l’obligation de visas pour les touristes ukrainiens, et ce bien qu’elle soit, depuis trois ans, en guerre. »

Pour le chef de la diplomatie tchèque, Lubomír Zaorálek, l’abolition des visas touristiques pour les ressortissants ukrainiens se rendant dans l’espace Schengen est un succès. Cette opinion ne fait toutefois pas l’unanimité. Le régime sans visa permet aux Ukrainiens possédant un passeport biométrique de séjourner dans les pays de l'UE, à l’exception du Royaume-Uni et de l’Irlande, et ce pendant 90 jours maximum sur une période de 180 jours. Les personnes en question n’ont toutefois pas le droit d’y travailler ou d’y résider.

Or, ce sont justement les permis de séjour et les visas de travail tchèques qui sont les plus demandés par les Ukrainiens dont quelque 110 000 vivent actuellement sur le territoire tchèque, constituant ainsi une des plus grandes minorités de Tchéquie. De nombreuses entreprises tchèques cherchent en effet à embaucher des travailleurs ukrainiens pour faire face à la pénurie de main d’œuvre dans un pays où le taux de chômage est le moins élevé de l’UE. Les Ukrainiens qui souhaitent obtenir un visa tchèque sont toutefois confrontés à un grand problème : il est presque impossible de se rendre au consulat pour déposer leur demande.

Les solliciteurs sont contraints de faire de longues queues devant la porte du consulat tchèque. La situation n’a aucunement changé après l’abolition des visas touristiques ; des dizaines d’entre eux y attendent même pendant plusieurs semaines. De plus, le consulat, qui ne peut octroyer que quinze visas par semaine, enregistre de nombreux cas de corruption et de trafic de visas : des organisations frauduleuses offrent leur aide avec l’obtention du visa et demandent en échange des sommes vertigineuses, d’autres paient des bénévoles qui font la queue et revendent ensuite leurs places aux autres demandeurs. Cela déplaît à de nombreux politiciens tchèques, dont l’ancien ministre des Affaires étrangères, Karel Schwarzenberg, qui considère comme insuffisante la mesure adoptée par l'UE :

« La solution la plus adéquate serait d’abolir tous les visas pour l’Ukraine. »

D’autres estiment au contraire que cette exemption de visas est une erreur. Le ministre tchèque de l’Intérieur était par exemple partisan de la mise en place d’un mécanisme qui permettrait aux pays membres de l’UE de rétablir, en cas d’urgence, la délivrance de visas pour les résidents ukrainiens. Milan Chovanec explique sa position par le fait que l’abolition de visas pourrait aboutir à un plus grand afflux de touristes ukrainiens demandant l’asile en République tchèque ou restant sur le territoire tchèque, de manière illégale, après l’expiration de la période de 90 jours. Ambassadeur de l’Ukraine à Prague, Yevhen Perebyinis s’oppose à cet argument :

Yevhen Perebyinis, photo: Site officiel de l'Ambassade de l'Ukraine en RTYevhen Perebyinis, photo: Site officiel de l'Ambassade de l'Ukraine en RT « Je n’y vois aucune différence. Les Ukrainiens se rendant dans l’UE, qu’ils aient un visa ou non, devraient respecter certaines règles. Dans les deux cas, ils peuvent bien sûr rester dans un pays européen de manière illégale. Cela peut arriver. Mais ici, il s’agit d’autre chose : les Ukrainiens ne doivent désormais ni faire la queue devant les consulats et les ambassades, ni payer pour les visas. »

Comme l’ajoute Marek Příhoda de l’Institut d’études de l’Europe orientale de la Faculté des lettres de l'Université Charles, l’abolition de visas pour les ressortissants ukrainiens a donc avant tout une valeur symbolique :

« L’impact de cette mesure ne sera pas si grand car très peu d’Ukrainiens peuvent se permettre de voyager dans un pays de l’UE. Mais il s’agit d’un événement très symbolique car il accomplit ce long chemin que l’Ukraine a dû parcourir afin que ses citoyens puissent voyages dans les pays européens sans visas. »

13-06-2017