Malgré son exil fiscal, Petra Kvitová est désignée sportive tchèque de l’année

23-12-2014

En 2011, Petra Kvitová avait remporté le tournoi de Wimbledon et elle était quelques mois plus tard désignée sportive tchèque de l’année. En 2014, rebelote, la tenniswoman s’illustre sur le gazon londonien, remporte de surcroît la Fed Cup, et est à nouveau consacrée par cette enquête malgré la polémique sur son exil fiscal à Monaco.

Petra Kvitová, photo: ČTKPetra Kvitová, photo: ČTK Pour la neuvième année consécutive, c’est une femme qui remporte l'enquête sur le Sportif tchèque de l’année, une hégémonie féminine qui perdure grâce aux très belles performances de Petra Kvitová. L’actuelle quatrième joueuse mondiale, âgée de 24 ans, a remporté son deuxième titre dans un tournoi du Grand Chelem, toujours le même, celui de Wimbledon qui lui réussit généralement un peu mieux que les trois autres. Mais ce n’est pas tout, Petra Kvitová a aussi brillé en équipe, avec laquelle elle est parvenue à remporter un troisième titrede Fed Cup en quatre ans (2011, 2012 et donc 2014). La sportive tchèque de l'année reconnaît avoir passé une bonne saison:

« Je pense que mon début de saison n’a pas été franchement optimal mais cela s’est amélioré lors de la seconde partie de l’année. Cette saison est sans doute la deuxième meilleure de ma carrière. Je suis très heureuse de mon succès à Wimbledon, peut-être plus que la première fois, et la victoire avec les filles en Fed Cup a été une très belle façon de terminer la saison. Ce sont deux choses différentes. A Wimbledon, il y a un véritable silence sur le court et vous entendez vraiment quand la balle rebondit sur le gazon. Au contraire, au sein de l’O2 Arena, à Prague, surtout quand vous jouez en Fed Cup, les supporters sont très présents. Les supporters tchèques étaient formidables et nous sommes impatientes de pouvoir jouer à nouveau à domicile. Je dois dire que cela nous a vraiment aidées à aller de l’avant. »

Petr Pála et les tenniswomans tchèques, photo: ČTKPetr Pála et les tenniswomans tchèques, photo: ČTK Petra Kvitová loue également le travail du coach Petr Pála, dont le mérite à ses yeux est lié à sa capacité à créer un esprit d’équipe. Et ce n’est sans doute pas un hasard si, comme en 2011, l’équipe tchèque de Fed Cup a remporté le prix du collectif de l’année dans cette même enquête.

L’objectif pour la saison qui s’annonce est évidemment de confirmer ces bonnes prestations au cours d’un tournoi du Grand Chelem, et peut-être pas uniquement au moment de Wimbledon. La championne explique y avoir de très bonnes sensations mais serait heureuse de pouvoir démontrer son talent sur d’autres surfaces. Petra Kvitová a également d’autres souhaits pour 2015 :

« Pour cette année, je crois que je ne peux souhaiter plus que ce que j’ai eu avec ce match à l’O2 Arena, formidable conclusion de la saison. J’espère garder la santé pour la saison qui s’annonce, remporter des succès, et qu’elle soit tout simplement un peu meilleure que celle qui se termine. Lors de cette cérémonie du Sportif tchèque de l’année 2014, nous avons vu les très beaux résultats de nos sportifs et je serai très heureuse de voir cela encore l’année prochaine. Tous les pays n’ont pas la chance d’avoir d’aussi bons sportifs, d’autant plus que nous sommes un petit pays. »

La question se pose cependant de savoir si Petra Kvitová représente la République tchèque ou la Principauté de Monaco, la tenniswoman y étant domiciliée pour des raisons fiscales, une pratique courante chez les sportifs tchèques. Sa saison a ainsi été en partie entachée par cette question soulevée par un député social-démocrate, lequel proposait ni plus ni moins de la déchoir de sa nationalité. Le monde politique et médiatique s’est aussitôt scandalisé des propos de ce parlementaire et ne semble pas prêt à accepter un débat sur l’expatriation fiscale des sportifs tchèques pourtant formés en République tchèque.

La semaine passée, la désignation du pilote de formule 1 Lewis Hamilton en tant que sportif britannique de l’année par la BBC a été l’occasion d’une polémique. Il est en effet lui-même domicilié fiscal à Monaco où il côtoie peut-être Petra Kvitová.

23-12-2014