Marché français de Kampa : « On fait partie de la vie culturelle de Prague »

12-07-2016

Le Marché français de Kampa en plein air « ouvre ses portes » à tous les curieux et les gourmands à partir de ce mardi jusqu’à dimanche, du matin au soir, pour sa neuvième édition à Prague. Ayant acquis depuis sa création une grande popularité auprès du public tchèque, la renommée du marché a déjà traversé les frontières du pays. Radio Prague s’est entretenue avec son organisateur, Thomas Bouton, qui est tout d’abord revenu sur la façon dont ce « Francouzský trh » a évolué depuis sa première édition.

 « Ce qu’on a vu évoluer, c’est le rayonnement du marché. Vu que l’on est sur un endroit touristique, il y a beaucoup de gens de nationalités différentes qui sont venus sur le marché les années précédentes. On reçoit beaucoup de demandes depuis l’étranger, pour savoir si le marché aura lieu. Il y a des gens qui nous ont même demandé s’ils pouvaient réserver des tables. On voit d’après les visites du site internet et des datas que l’on peut avoir, que quasiment 30% des visites se font depuis l’Allemagne, l’Italie, la Russie, des pays limitrophes. Pour la petite anecdote, on a même des gens qui nous ont demandé s’ils pouvaient organiser un vin d’honneur d’un mariage sur le marché, tellement ils trouvaient ça sympa. Après sur l’évolution, en local c’est pareil, c’est vraiment devenu de plus en plus un rendez-vous. Les gens l’attendent et il est très suivi. On est à plus de 5 000 ‘likes’ sur Facebook. C’est devenu un rendez-vous, j’ai envie de dire presque incontournable de Prague maintenant. On fait partie de la vie culturelle de Prague, si je puis dire. »

Justement, selon vous, l’intérêt des Tchèques pour cet évènement est-il de plus en plus important ?

Photo: Site officiel de Francouzský trhPhoto: Site officiel de Francouzský trh « Oui, absolument. Je pense que le public tchèque aime beaucoup cet aspect de ‘libre entrée’ de l’évènement, l’aspect culinaire aussi des choses pour les produits qui sont proposés. Et c’est vrai que je pense que l’on arrive à recréer une atmosphère que peu d’évènements arrivent à recréer autour de la gastronomie ici en République tchèque, grâce à la décoration, à l’atmosphère. Je pense aussi que c’est dû au fait que les exposants présents, qui viennent de France ou bien sont des Français installés ici, créent une atmosphère particulière et on a vraiment l’impression d’être en France. Je pense que beaucoup de Tchèques apprécient cela. Ils ont finalement un petit dépaysement, mais en bas de chez eux tout simplement. »

Quelles sont les différentes spécialités que les visiteurs peuvent venir découvrir tout au long de cette semaine ?

Photo: Site officiel de Francouzský trhPhoto: Site officiel de Francouzský trh « On a les grands classiques. Bien sûr le vin. On a quatre voire cinq exposants qui proposent un choix personnel de vins. Ce sont des produits qui sont au goût des importateurs, qui travaillent directement avec des vignerons et qui font venir ces produits-là et aussi du champagne. Ensuite, il y a un stand qui rencontre toujours un énorme succès, c’est le stand de fromages français. La France est quand même connue pour ses fromages. On peut penser notamment à la fameuse phrase qu’aurait dite De Gaulle sur les fromages français (« Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 246 variétés de fromages ? », ndlr). Donc cette variété de fromages français reste par sa qualité, par sa singularité, un des points les plus attrayants du marché. Ensuite, je dirais que ce qui attire toujours beaucoup de gens ce sont les crêpes. Cela plaît aux petits comme aux grands, il y a du salé, du sucré et ça reste un point d’attraction sur le marché. Et après, on a un stand de saucissons français. Beaucoup de pays font de la charcuterie, mais je dirais que le saucisson est vraiment un emblème national en France. C’est un endroit qui marche très bien sur le marché, et que les gens ont envie de retrouver chaque année. »

Vous avez intitulé votre neuvième édition « La vie en rose ». Pourquoi donc ?

Photo: Site officiel de Francouzský trhPhoto: Site officiel de Francouzský trh « Comme je disais, c’est un endroit de rencontres. Beaucoup de gens se sont rencontrés sur ce marché. On peut dire que même le marché a été gratifié de quelques naissances, pas mal de couples s’y sont rencontrés. « La vie en rose », parce que c’est un moment où je trouve que le temps s’arrête un peu. On y rencontre beaucoup de gens facilement. La vie est simple. On boit un verre à droite, on va chercher une assiette à gauche. On s’assoit à une table et on rencontre d’autres gens. On a voulu, le terme est peut-être un peu fort, mais ‘rendre hommage’ à cela. Mais c’est vrai, que ce n’est pas simplement un endroit de gastronomie et de plaisir, mais c’est aussi un endroit de rencontres, où le temps s’arrête, où l’on apprécie la musique. On fait un certain effort sur le programme musical pour qu’il y ait des chansonniers et bien sûr de la musique française. Et tout cela crée ce sentiment de bien-être, le temps s’arrête, et c’est ce à quoi on a voulu rendre hommage en donnant ce concept cette année de ‘La vie en rose’ sur le marché. »

Photo: Site officiel de Francouzský trhPhoto: Site officiel de Francouzský trh Cette année, le riche programme culturel prévoit à la fois différents musiciens français, tchèques et internationaux, et pour n’en citer que quelques-uns : l’actrice et chansonnière Chantal Poullain, le groupe français Les Garçons Trottoirs, le duo de musiciens Kryštof et Pierre avec leurs reprises de chansons françaises, le groupe Bran et son répertoire de musique bretonne et celte ou aussi le guitariste, compositeur et chanteur de blues folk britannique, Justin Lavash. Et comme l’a précisé Thomas Bouton lui-même : « Qui dit produit de qualité, dit aussi musique de qualité ».

Pour plus d’informations sur l’évènement, consultez le site : www.francouzskytrh.cz

12-07-2016