Mondial - Hockey : les Tchèques en demi, Prague retient son souffle

13-05-2005

La République tchèque s'est qualifiée pour les demi-finales du Championnat du monde de hockey sur glace en battant les Etats-Unis 3 à 2 après la séance de tirs au but, jeudi, à Vienne. Samedi soir, les partenaires de Jaromir Jagr seront opposés à la Suède, victorieuse de son côté de la Suisse (2 à 1), pour une place en finale espérée par tout un pays.

Photo: CTKPhoto: CTK Les Tchèques sont revenus de l'enfer mais ils ont longtemps cru revivre le cauchemar de l'an dernier. A l'époque, au même stade de la compétition et après que le match se soit terminé sur le même score de deux buts partout, les Américains avaient créé une monumentale surprise en éliminant des Tchèques archi-favoris qui évoluaient à Prague devant leur public. Cette fois, le décor et le scénario du drame furent quelque peu différents. Mais menés 2 à 0 au début du troisième tiers-temps, il aura fallu que les joueurs de Vladimir Ruzicka puisent au plus profond de leurs réserves pour tout d'abord recoller au tableau d'affichage avant de s'imposer à l'issue d'une insoutenable séance de tirs au but. Le héros du match fut donc le gardien Tomas Vokoun qui a arrêté les cinq pénaltys américains. Aussitôt sorti de la glace, celui-ci s'est toutefois empressé de souligner qu'il s'agissait de la victoire d'un collectif et d'une équipe et non pas d'un seul joueur :

Photo: CTKPhoto: CTK « Le match était vraiment bien mal engagé pour nous. Nous avons été menés 2 à 0 et étions alors dans une très mauvaise position. Mais l'équipe a fait preuve d'une grande force morale pour revenir au score. Dans les vestiaires, après le deuxième tiers-temps, nous nous sommes dits que nous allions laisser nos tripes sur la glace sans faire attention au score. Que l'on gagne ou que l'on perde n'importait plus, mais il fallait au moins avoir la volonté de ne pas abandonner. Finalement, tous les gars se sont battus comme des lions et cela a porté ses fruits. »

Le défenseur Jaroslav Spacek a été l'auteur du but égalisateur tchèque, but qui concrétisait enfin l'écrasante domination de son équipe. Car si les Américains en sont arrivés jusqu'aux tirs au but, ils le doivent en grande partie à leur gardien DiPietro, auteur de 50 arrêts sur l'ensemble de la rencontre, soit le double de son homologue tchèque. Dans son analyse d'après-match, Jaroslav Spacek n'a donc pas oublié de rendre hommage à la muraille vivante américaine :

Photo: CTKPhoto: CTK « Nous avons dominé en début de match, mais ce sont les Américains qui ont marqué le premier but, ce qui leur a permis d'être plus sereins. Ensuite, ils en ont inscrit un deuxième en profitant d'une supériorité numérique et c'est alors devenu vraiment compliqué pour nous. Nous avons eu de nombreuses occasions et les avons acculés sur leur but, mais leur gardien DiPietro était excellent aujourd'hui, il semblait même imbattable parfois. Je pense que plus la fin du match approchait, plus ça devenait difficile physiquement pour les Américains. Le problème est que nous n'arrivions toujours pas à marquer. Finalement, nous sommes revenus à 2 à 1 grâce à un but que je qualifierais d'un peu chanceux. De recoller au score nous a fait beaucoup de bien moralement et nous a remis en selle pour une fin de partie que nous avons totalement dominée. »

Pour parvenir en finale et retrouver le vainqueur de l'autre demi-finale Canada-Russie, les Tchèques devront donc franchir le redoutable obstacle suédois. Samedi soir, le coeur de Prague va de nouveau battre au rythme du hockey...

13-05-2005